Women’s March : contre Donald Trump, au moins 7.000 personnes se sont rassemblées en France

GABRIEL MIHAI

Hommes et femmes ce sont mobilisés ce samedi 21 janvier dans le monde entier pour protester contre Donald Trump et ses propos méprisants envers les femmes.

Aux quatre coins du monde, hommes et femmes ont défilé samedi 21 janvier contre Donald Trump dans le cadre de la “Marche des femmes”. Un mouvement qui souhaite protester contre le mépris affiché régulièrement envers les femmes par celui qui est devenu vendredi 20 janvier le nouveau président américain.

En France, le rassemblement parisien est parti à 14 heures du Trocadéro pour rejoindre le mur pour la Paix devant l’Ecole Militaire.

Au moins 7.000 personnes selon la police, dont beaucoup de femmes et de ressortissants américains, se sont rassemblées sur le parvis du Trocadéro.

Les manifestants, qui répondaient à l’appel d’organisations féministes (Osez le féminisme, Planning familial… accompagnée des Femen) mais aussi du NPA, de SOS racisme, du mouvement LGBT, se sont ensuite rendus au mur pour la Paix installé au Champ de Mars, près de la tour Eiffel.

“Les droits de l’homme sont aussi ceux des femmes”, “respect”, “liberté, égalité, sororité”, “capitalisme, sexisme, assassins”, proclamaient, au milieu de bonnets roses et de drapeaux américains, des pancartes en anglais et en français.

Des marches anti-Trump sont organisées, ce samedi dans plusieurs du monde, dont Paris. Objectif: protester de façon pacifique contre les propos misogynes et racistes tenus par le nouveau président des Etats-Unis lors de sa campagne électorale.

D’autres rassemblements sont organisés à Bordeaux, Marseille, Montpellier ou encore Strasbourg. Au total 2.000 personnes, étaient rassemblées dans le froid de l’hiver.

Des rassemblements étaient organisés aussi dans plusieurs villes de France. A Marseille, où l’appel a réuni une cinquantaine de personnes, un groupe d’Américains portait une pancarte où était écrit : “Trump, Liar in chief” (“Trump, menteur en chef”, ndlr).

Devant l’Opéra de Lyon, ils étaient quelques centaines de manifestants, en majorité des femmes, avec notamment ce slogan: “Donald, c’est pas du Walt Disney”.

Ces “Marche de femmes” trouvent leur genèse dans un simple appel posté sur Facebook qui a fait tache d’huile. Il émane d’une grand-mère, Teresa Shook, avocate à la retraite vivant jusque-là dans un anonymat paisible à Hawaï.

Selon ses organisateurs, 673 manifestations devaient avoir lieu samedi dans le monde. Pour retrouver les points de départ à travers la France, une carte a été publiée.

PHOTOS: IMPACT EUROPEAN / WPA – BM

JOURNAL

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"