Voyage en classe (sale) affaire

Est-il encore besoin de présenter la pièce la plus jouée au monde ? Créée en 1960 à la Comédie-Caumartin par Marc Camoletti avec Christian Alers et François Guérin,ce vaudeville en trois actes bat tous les records avec pas moins de 10 000 représentations à son compteur.

Cinquante huit ans après, c’est comme si cette comédie n’avait pas pris une ride. Lors de la générale qui s’est jouée en ce lundi 19 novembre en présence de quelques personnalités (les comédiens Christine Lemler, Anne Richard, Sévérine Ferrer et Manuel Gélin, l’humoriste Richard Taxy, l’attaché de presse auteur et chroniqueur télé/radio Fabien Lecoeuvre, l’avocat chroniqueur Roland Perez…) on y retrouve Bernard, un architecte jonglant dans une relation avec pas une, pas deux, mais trois hôtesses de l’air. Une américaine, une française et une allemande. Le rêve de tout homme : trois femmes pour un ménage. Tous les avantages d’un mariage sans ses inconvénients. Cette « gourmandise amoureuse » vaut à ce polygame une organisation triangulaire bien huilée, réglée sur les fuseaux horaires de ces dames, avec la complicité de son employée de maison. Ces relations en alternance se passent dans le meilleur des mondes, sans que chacune ait connaissance de l’existence des autres jusqu’au jour où, Bernard perd le contrôle de ce vol long-courrier. Coup du sort des transits, c’est n’y plus n’y moins la catastrophe ! Mayday mayday ! Bernard vient de franchir une zone de turbulences ! Robert, son ami de lycée venu passé quelques jours chez lui, va alors jouer les gilets de sauvetage afin de lui éviter le naufrage. Il est son aiguilleur du ciel dans cet appartement devenu un hall d’aéroport où les portes claquent et où les chassés croisés s’enchaînent. L’arroseur va-t-il être arrosé ? L’atterrissage aura-t-il lieu en douceur ? Ce qui est sûr c’est que, « ce n’est pas une vie pour une bonne » …

« Boeing Boeing », embarquement immédiat pour un imbroglio hilarant signé Marc Camoletti, revisité dans sa  mise en scène très chic en noire et blanc de Philippe Hersen,  avec un  équipage de choix composé d’un Frank Leboeuf fastueux, très à l’aise sur scène, d’un Thierry Samitier burlesque à souhait sous ses airs coincés( en apparence), d’une Véronique Demonge cocasse à la façon de Régis Laspalès dans le rôle de l’employée de maison et trois magnifiques hôtesses de l’air interprétées avec féminilité par Caroline Ami, Cindy Cayrasso et Marinelly Vaslon – Théâtre Daunou du mardi au samedi à 21h et en matinée le samedi à 17h – Réservations au 01 42 61 69 14

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252