Visa: Perpignan capitale du photojournalisme

GÉRARD CROSSAY

29ème édition du Festival International de Photojournalisme de Perpignan, Visa pour l’Image.

Dali l’avait décrété, Perpignan est le centre du monde … du photojournalisme.
Et le festival d’images continue avec des soirées riches en rétrospectives.
Hommages à Fidel Castro et Chuck Berry, décédés l’an passé, les 40 ans du magazine VSD qui a toujours fait la part belle au photojournalisme, l’élection de Trump.

Plusieurs reportages sur Haïti après le passage de l’ouragan Matthew, une ville du futur en Corée du Sud, des regards croisés de photographes turcs et arméniens à l’occasion du centenaire du génocide arménien, les signes de la culture américaine au Japon, les bidonvilles de Lagos au Nigeria, ville la plus peuplée d’Afrique, la sauvegarde du panda géant en Chine et celle des babouins en Éthiopie, une prison contrôlée par les détenus au Venezuela.

Et bien sûr les sujets incontournables des migrants, tant en Europe qu’au Mexique, ainsi que le terrorisme islamiste qui s’étend au monde entier.
Visa c’est 160.000 visiteurs dont 3000 professionnels, 950 photographes venus de 61 pays.

Jean-François Leroy, le directeur de Visa, a reçu cette année 4500 sujets ! Comme chaque année, avec son équipe de sélection, hormis les projections, il en retient 25 pour les expos.

A France Info, il vient de signaler 3 expos à ne pas manquer :
– Ils nous abattent comme des chiens/Philippines
– Pollution et développement/Chine
– Veuves dans le monde.

JOURNAL

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"