Une « Fête à la Noix » : la récolte des noix se fête chaque année en Auvergne

GÉRARD  CROSSAY

C’était à l’origine un défi blagueur, teinté d’humour : si ça marche tant mieux, si c’est un échec, on pourra toujours dire que ce n’était pas sérieux (rappelons que la noix », tout comme la nèfle, depuis le XIVe siècle, désigne une chose sans valeur, de mauvaise qualité).

C’est ainsi qu’il y a 24 ans, Gérard Truchard, président de l’Amicale Laïque du village, et son équipe, ont lancé la Fête à la noix de Neschers, petite commune du Puy-de-Dôme.

La finalité de cette initiative était le financement d’un bâtiment que l’Amicale laïque venait d’acheter pour en faire un lieu de rencontres et une bibliothèque.
Le pari a été gagné et la Fête a rencontré un grand succès qui ne se dément pas depuis sa création.

Des milliers de personnes viennent de toute la région.
C’est d’abord la fête des noix, mais aussi des châtaignes, des pommes, des fromages, de la charcuterie et des vins.

Les produits, essentiellement artisanaux, viennent surtout d’Auvergne, mais aussi de l’Isère, de la Haute Loire, de l’Aveyron, de Narbonne, de Vichy.
L’Amicale tient chaque année une buvette et un restaurant où l’on pouvait déguster des tripes, du boudin, des tartes aux pommes, des gâteaux aux noix.

Tous ces mets délicieux avaient été préparés par l’équipe organisatrice, certains, professionnels, d’autres, passionnés de cuisine, tel ce routier qui avait mis en bocaux 52kg de tripes pour l’évènement ou Mme Truchard, chargée de braiser les andouillettes. Un savoureux gâteau au chocolat avait été confectionné par Mme Chany, l’ancienne trésorière de l’Amicale, devenue maire des Neschersois (les « nés chez soi », comme on dit localement).

Pour les enfants, des manèges et des stands proposant des friandises avaient été prévus.
Deux écrivains de la région présentaient leurs livres et quelques brocanteurs, leurs trésors.
En une seule journée, toujours le quatrième dimanche d’octobre, les recettes assurent le budget de toute l’année.

L’argent a été affecté dernièrement à des voyages pour les écoliers, à des repas pour les aînés, à des plantations d’arbres pour l’école, à un atelier cuisine.
C’est en 1977 que le Foyer des Jeunes et d’Education Populaire a été créé par Maurice Sigaud et c’est en 1980 que l’association n’a gardé que le nom d’Amicale Laïque, rassemblement de bénévoles et d’amis, venus parfois de Perpignan ou de Castres pour donner un coup de main à la Fête à la Noix.
Le temps à passé et, à l’Amicale, l’on se préoccupe maintenant de la relève.

 

Laisser un commentaire