“Une Etoile en Héritage” après avoir” osé le Cirque”

Le Cirque Arlette Gruss a tenu la dernière représentation du spectacle “Osez le Cirque”  dimanche 16 décembre, pelouse de Reuilly. Rendez-vous à partir du 10 janvier pour un nouveau programme “L’Etoile en Héritage”.

Afin de célébrer les 250 ans du cirque traditionnel, le cirque Arlette Gruss a imaginé un spectacle riche en couleurs et en originalité, le tout dédié au “made in France” et il fallait l’oser! Numéros de voltige et d’animaux s’entre-croisaient sous des jeux de lasers rythmés par l’orchestre et entre-coupé par le récit d’un Monsieur Loyal “nouvelle génération, Kévin Sagau. Bien que la présence de l’animal au cirque soit contre-versée, tigres, lions, éléphants, chameaux et bien sûr chevaux font partie intégrante du spectacle et depuis 2010 , les motos sont intégrées au show. Les numéros de voltige sont assurées par des compagnies venant du monde entier et  changeant chaque année.

Chez les Gruss, le cirque est une affaire de famille; à ce jour, on atteint la 6ème génération. Cette dynastie a commencé au XIX siècle grâce au mariage d’André-Charles Gruss avec une écuyère. Il quitte alors son métier et devient “Hercule” dans un spectacle de cirque. Le couple décide ensuite de s’associer à la famille Ricono et fonde  le Cirque Gruss-Ricono.

André-Charles et sa femme ont eu 5 enfants dont Henri-Charles dit Armand qui se spécialise dans le domaine équestre et devient le fondateur du Grand Cirque Gruss avec sa femme et ses 4 enfants. Après son décès en 1934, la famille se fait engager dans plusieurs cirques (Medrano, Cirque d’Hiver, dans différents cirques stables) mais aussi en Angleterre ( Tower Circus de Blackpool, Crystal Palace de Londres, Bertram Mills Circus.

Les 2 fils d’Armand, Alexis sénior et André créent le Cirque des Alliés qui sous l’occupation nazie est rebaptisé Cirque national mais s’arrête dans les années 1940. Les 2 frères s’associent alors à la famille Jeannet et fondent le cirque Jeannet-Gruss qui regroupe des numéros de cavalerie, animaliers et artistes de tout genre et deviendra en 1972 le Grand Cirque de France.

La génération suivante est marquée par Arlette (fille d’Alexis sénior) qui crée en 1985 le cirque Arlette Gruss et Alexis junior (fils d’André) qui se spécialise en tant que maître écuyer, acrobate à cheval, clown blanc et musicien et fonde en 1974 le  Cirque à l’ancienne, rebaptisé Cirque National Alexis Gruss. Il crée aussi la première Ecole professionnelle de cirque en France, à Paris; en 1981 il acquiert, sous l’égide du ministère de la Culture, le titre de “cirque national”. En 1984, il est nommé chevalier des Arts et Lettres et chevalier de la Légion d’honneur en 1998.

Le cirque Arlette Gruss a quant à lui été fondé en 1985 par Arlette Gruss (ancienne dompteuse de panthères) et son mari Georgika Kobann (dompteur), suite à une promesse qu’elle avait faite à son père. C’est ainsi qu’à la mort de ce dernier,elle réalisa ce voeu. En 1995, elle reçoit le Grand Prix National du cirque, et plus tard les titres de Chevalier de la Légion d’honneur et Chevalier des Arts et des lettres. Après son décès en 2006, son fils Gilbert prend la direction et grâce à son intérêt pour tout ce qui se passe dans le monde, il propose de nouveaux numéros toujours plus modernes.

Le Cirque Arlette Gruss, c’est 48 convois, une cuisine et 3 cuisiniers pour 240 repas par jour pour 120 personnes de 14 nationalités. Le plus grand cirque de France est abrité sous un chapiteau de 2000 m² “Le Privilège” , il accueille 1 600 spectateurs, nécessite 17 000 m² pour installer les véhicules (48 convois, 42 studios et 50 caravanes,  la ménagerie. Pour 2019, on compte 230 jours de spectacle dans 27 villes.

Concernant les animaux, il y a moins de numéros, toutefois cela les cirques avec animaux continuent à attirer d’avantage. Les animaux de cirque ne sont pas des animaux sauvages. En ce qui concerne les fauves, ils proviennent d’élevages spécialisés en provenance d’Allemagne. Bien qu’en Europe, 13 pays  ont interdit les spectacles avec des animaux et seront bientôt suivis de 6 autres, le même engouement subsiste. Au Cirque Arlette Gruss, les animaux en fin de carrière vont vivre leur retraite dans la Sarthe à Fontaine St Martin sur une propriété de 24 hectares. Il en est de même pour ceux qui ne sont pas en tournée.

En 2018, pour la première fois, un nouveau genre s’est offert au public, le “Neon Dance Show”. Pour ce numéro, une troupe de 8 danseurs ukrainiens a brillé dans le noir grâce à ce concept inédit basé sur le scintillement de led; autre originalité, les drones qui depuis 4 saisons consécutives obéissent à un artiste branché lasers. N’oublions pas l’homme canon, ancienne attraction remise au goût du jours depuis 3 saisons, la Roue Infernale avec la prestation des 2 artistes colombiens qui nous coupent le souffle par leurs prouesses périlleuses et bien sûr le” motor show”avec son pilote moto Trial, son pilote moto freestyle FMX qui se propulse dans les airs à plus de 12 mètres de haut et en exclusivité mondiale dans un cirque, le quad de 200kg qui effectue un vol sur une distance de 21 mètres.Les élastiques aériens quant à eux amènent beauté et douceur à ce spectacle pluri-disciplinaire.

Tout cela a pu être rendu possible grâce à l’équipe du cirque Arlette Gruss à commencer par le costumier, créateur des tenues des artistes depuis 19 ans, Roberto Rosello qui met tout son talent au service du cirque. Avant cela, il était au Paradis Latin et au Crazy Horse, il a aussi créé les costumes de 6 revues d’Holiday on Ice; mais aussi le chorégraphe, Bruno Agati; le compositeur, Antony Saugé présent depuis 2010; une institutrice itinérante; les garçons de piste et les responsables techniques.

2018 étant l’année du 250ème anniversaire des arts du cirque mais aussi celle de l’année européenne du patrimoine culturel, il a été décidé par Istvan Ujhelyi, membre de la Commission Européenne, de mener une grande enquête sur le monde circassien en Europe, de créer un système d’accréditation et un label de qualité pour les arts du cirque (Big Top Label); en novembre dernier, le Cirque Arlette Gruss a été le premier à recevoir cette distinction, c’est pourquoi la famille Gruss a décidé de proposer pour 2019 un nouveau spectacle sans fauves ni éléphant mais aussi sans moteur.

L’Etoile en Héritage proposera dès le 10 janvier 2019 à Bordeaux pour ses premières représentations, un spectacle très différent de trapézistes volants, clowns, otaries et pingouins, jongleurs, acrobates,  chiens,  vélos et  rollers qui remplaceront  motos et quad, la roue Cyr et la Troupe Extreme Light qui enflammera le dance floor et encore bien d’autres surprises.

Nous sommes très impatients de découvrir cette nouvelle étoile qui illuminera le regard des petits et des grands de mille feux.

 

Laisser un commentaire

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252