Un attentat contre un des candidats a été déjoué par la DGSI

GABRIEL MIHAI

Un attentat contre François Fillon a été déjoué à Marseille, deux hommes ont été interpellés.

Deux Français de 23 et 29 ans, suspectés de préparer un attentat imminent contre un des candidats, ont été interpellés mardi en fin de matinée au centre-ville de Marseille. Des armes et du matériel entrant dans la composition d’explosifs ont été retrouvés lors de la perquisition de l’appartement loué par les suspects, il y a quelques jours.

Deux hommes “radicalisés” suspectés de préparer un attentat “imminent” en France ont été interpellés mardi à Marseille, à cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle. Les deux hommes projetaient de commettre un attentat “à très court terme”, selon Matthias Fekhl, le ministre de l’intérieur. Ils semblent avoir voulu viser le candidat LR François Fillon. Lundi, les policiers ont demandé à François Fillon de porter un gilet pare-balles lors de son meeting à Nice, ce qu’il a refusé. La sécurité des candidats est renforcée.

Des photos des deux hommes interpellés ce mardi avaient été distribuées dès jeudi aux services de sécurité des candidats à l’élection présidentielle, ont déclaré à l’AFP Marine Le Pen et l’entourage d’Emmanuel Macron. Depuis Calais où il est en déplacement, François Fillon a demandé que ce “fait divers” ne conduise pas à “focaliser le débat de la campagne sur des questions de sécurité, et surtout sur la mienne”, tandis qu’Emmanuel Macron appelait au “rassemblement” contre le terrorisme. “Tout est mis en œuvre pour assurer la sécurité” de l’élection présidentielle, a déclaré le ministre de l’Intérieur, ajoutant que 50.000 membres des forces de sécurité seraient mobilisés sur tout le territoire pendant le scrutin.

En effet, les enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont intercepté, le 12 avril, une photo d’armes. Lors de la perquisition de mardi, ils ont aussi découvert une vidéo d’allégeance à Daech, dans laquelle on voit la une du quotidien régional L a Provence où figure une photographie de François Fillon en meeting au parc Chanot de Marseille.

C’est un renseignement concernant le plus âgé des deux suspects, dénoncé comme «prêt à agir», qui a mis les services français sur sa piste. Le domicile de cet homme, connu pour des condamnations pour violences et des braquages, avait été perquisitionné après les attentats de novembre à Paris, dans le cadre de l’état d’urgence. Il devait être assigné à résidence et avait soudainement disparu. Depuis, il a été filé, comme son comparse, un converti à l’islam radical, dans le cadre de deux enquêtes distinctes, selon Le Parisien. Ce n’est que depuis quelques jours que les enquêteurs ont découvert le lien entre les deux hommes. Ils se seraient rencontrés en prison.

Dans une courte déclaration, mardi, le ministre de l’Intérieur, Mathias Fekl, annonçait l’interpellation de deux «Français radicalisés, préparant un attentat dans les tout prochains jours, dans le IIIe arrondissement de Marseille». Il ajoutait que «tout était mis en œuvre en matière de sécurité pour ce rendez-vous majeur pour notre démocratie et notre République», à savoir l’élection présidentielle. Cinquante mille policiers et gendarmes sont mobilisés pour les deux tours de l’élection.

Selon le procureur, la perquisition dans l’appartement qu’ils louaient près de la gare Saint-Charles a notamment permis de retrouver un fusil-mitrailleur de type Uzi et deux armes de poing chargés et prêts à l’usage, et des sacs de munition.

Les enquêteurs ont également retrouvé trois kilos d’explosif de type TATP, également en partie prêts à l’usage, une grenade artisanale, ainsi que des produits et matériaux utilisables pour la fabrication d’engins explosifs, a précisé François Molins. Le TAPT est un explosif artisanal prisé des djihadistes.

Des objets retrouvés à leur domicile montrent qu’ils se revendiquaient de l’Etat islamique. Le domicile du suspect le plus âgé avait ainsi déjà fait l’objet d’une perquisition. Un drapeau de l’Etat islamique et du matériel de propagande avaient alors été retrouvés.

Laisser un commentaire

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252