Premier bilan de la lutte contre les incivilités

Véronique YANG

Lundi 2 octobre, la maire de Paris Anne Hidalgo a inauguré  de nouveaux locaux réservés aux agents municipaux en charge de la prévention et protection des incivilités de toutes sortes ainsi que de la sécurité en présence des élus des 6ème  (Jean-Pierre Lecoq), 14ème (Carine Petit), 15ème (Philippe Goujon) et de son adjointe en charge de la sécurité,de la prévention, de la politique de la ville et de l’intégration Colombe Brossel.

A cette occasion, elle a présenté un premier bilan et annoncé que le nombre global d’amendes avait progressé de 113% en un an, particulièrement pour ce qui concerne les mégots avec une augmentation de 731% soit 10 075 amendes pour la période du 1/1/17 au 27/9/17 (chiffres répertoriés par laDPP). En revanche, on note une baisse de 14% des amendes relatives aux déjections canines. Les ventes à la sauvette ont elles aussi été davantage sanctionnées.

La nouvelle Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection (DPSP) a été créée en septembre 2016. Elle se compose de 1900 agents issus d’autres directions et a pour principale mission la lutte contre les incivilités. Ces agents sont répartis entre 10 circonscriptions contre 6 auparavant, les 2 dernières seront ouvertes d’ici fin 2017. En janvier 2018, le nombre des agents sera porté à 3200 grâce au transfert de personnel de la préfecture de police.  Juridiquement qualifiés «d’agents de la Ville de Paris chargés d’un service de police», agréés par le procureur de la République et assermentés, ces agents peuvent verbaliser dans un certain nombre de domaines : dépôts irréguliers, collecte des ordures ménagères, déjections canines, divagations d’animaux, épanchements d’urine…

Cette politique de lutte anti-incivilité va permettre aux parisiens et à ses visiteurs de profiter de plus de tranquillité dans des espaces plus propres. Cela a été rendu possible grâce à des plans de renforcement de la propreté, un appel au civismes des citoyens et l’application de sanctions à l’égard de ceux qui ne respectent pas  les règles. Avant toute verbalisation, il y aura  prévention, dissuasion, médiation.

Paris est la première collectivité en France à utiliser le smartphone à grande échelle et exclusivement pour la lutte contre les incivilités. Cet outil permet notamment une saisie intuitive des informations nécessaires à l’établissement d’un procès-verbal, la prise de photos servant de preuve pour le constat et la géolocalisation du lieu de l’infraction. Les informations saisies sont transmises par WIFI directement au Centre national de traitement des procès-verbaux.

D’autres initiatives entrent dans les prérogatives de la DPP comme l’accompagnement des séniors pour déposer ou retirer de l’argent, la sécurité aux abords des écoles sur les traversées piétonnes.

Chaque circonscription dispose notamment sur le terrain :

  • d’une quarantaine d’inspecteurs de sécurité, dont une brigade VTT, présents de 7h à 23h
  • d’une brigade de surveillance des espaces verts, composée d’agents d’accueil et de surveillance,
  • d’une cellule de coordination de la lutte contre les incivilités qui, en relation avec les mairies et les services de la propreté et des parcs et jardins, oriente les opérations de lutte contre les incivilités dans les zones les plus sensibles. Les membres de ce nouveau service participent également aux initiatives visant à sensibiliser les riverains et usagers au respect de la règle et de l’espace public (réunions, actions de communication, marches exploratoires, interventions dans les établissements scolaires, etc.).

Par ailleurs, la Mairie de Paris dispose d’une brigade d’intervention (BIP) composée de plus de 300 agents qui  intervient sur l’ensemble du territoire parisien, particulièrement  en soirée, le week-end, la nuit sur des territoires sensibles ou dépassant les limites d’une circonscription  . Elle vient en appui des dispositifs mis en place par les circonscriptions et répond aux situations d’urgence en participant à la sécurisation d’événements sensibles nécessitant des moyens dépassant ceux dont disposent les circonscriptions, en adaptant ses moyens de pouvoir  couvrir 24h/24 et 7j/7 l’ensemble du territoire parisien. La BIP forme ses agents à se retrouver dans toutes les circonstances et est composée de la façon suivante:

  • une unité d’appui, comptant plus de 150 agents dont les 3/4 sont essentiellement présents en soirée
  • une unité de nuit, comptant une centaine d’agents
  • une unité motocycliste, comptant 20 agents
  • une unité cynophile, comptant 25 agents
  • une unité de protection, comptant une douzaine d’agents

Afin de rendre à Paris plus sur et accueillant, des efforts seront encore faits pour améliorer dans les années à venir la lutte contre toutes sortes d’incivilités.

 

 

Laisser un commentaire