NOVEMBRE – MOIS SANS FUMER: s’arrêter de fumer est toujours une décision difficile

Pour un fumeur, s’arrêter de fumer est toujours une décision difficile à prendre. Volonté et ténacité sont les deux atouts dans cette situation.

Pour la troisième édition de l’opération “un mois sans tabac” qui a duré tout le mois de novembre dernier, l’heure est au bilan.

Depuis le 22 mars 2018, des traitements de substitution nicotinique à base de gommes à mâcher sont remboursable par la Caisse d’Assurance Maladie et depuis le 16 mai 2018, des patchs. Les patients n’ont plus à avancer les frais de traitement et ce pour une durée adaptée à la dépendance.

Pour les deux opérations précédentes (2016 et 2017), plus de 500 000 personnes s’étaient inscrites, l’argument phare du Ministère de la Santé  pour encourager les fumeurs à s’arrêter étant que s’arrêter pendant un mois de fumer multiplie par cinq les chances de s’arrêter définitivement.

Résultat probant en 2016 avec 380 000 tentatives liées à l’opération et 160 000  inscrits en 2017; l’opération a contribué avec les mesures du programme national de réduction du tabagisme (PNRT) à la baisse historique du tabagisme en France : 1 million de fumeurs quotidiens en moins entre 2016 et 2017. Six mois après l’opération, 20% des participants avaient cessé définitivement de fumer, soit 80 000 personnes dont 2/3 d’entre eux ont eu recours à un professionnel de santé, à une aide comme la cigarette électronique ou des substituts nicotiniques, au site internet Tabac info service (application     téléchargée par près de 110.000 personnes entre octobre et novembre 2017; si l’arrêt de fumer pour un panel de quatorze personnes avait été bénéfique pour la moitié d’entre elles au bout de six mois, il s’est avéré qu’à la fin du mois de novembre, nombreux d’entre eux avaient une grande difficulté à se passer de la cigarette “du jour au lendemain”, préférant un arrêt plus progressif.

L’e-coaching gratuit Tabac info service est un accompagnement 100% personnalisé adapté aux besoins, motivations, inquiétudes et  habitudes de vie. Il faut d’abord trouver un tabacologue qui aide à mieux gérer son arrêt, se poser la question pour choisir le meilleur moyen d’arrêter et la manière la plus appropriée à sa personnalité. La préparation et la motivation sont les deux atouts les plus importants. Pour les personnes dépendantes, il est utile d’accompagner cette décision d’un traitement (substituts ou traitements médicamenteux) visant à atténuer ou faire disparaître les éventuels effets désagréables liés à l’arrêt, des thérapies comportementales et cognitives sont efficaces pour aider à ne pas craquer, à rompre avec ses habitudes ou  à gérer son stress, enfin de nouvelles techniques voient chaque année le jour. Pour d’autres déjà utilisées, l’efficacité ou l’inefficacité  n’ont pas été prouvées; c’est le cas de l’acupuncture, la mésothérapie , l’homéopathie ou l’hypnose qui pourtant restent de bons moyens d’accompagnement tout comme la relaxation, certains médicaments contre l’anxiété, l’utilisation de certaines plantes relaxantes. Il faut aussi se méfier des méthodes sans fondement scientifique qui peuvent s’avérer être de véritables arnaques et gouffres financiers.

Pour l’année 2018, 242 579 personnes se sont inscrites au programme “Mois sans Tabac” et même si le programme 2018 est terminé, il est toujours possible de se connecter sur la page Facebook Tabac Info Service pour rejoindre la communauté et trouver le soutien pour ne pas craquer. On peut aussi appeler le 3989 ou télécharger gratuitement l’application contenant un programme d’e-coaching 100% personnalisé, des conseils de tabacologues, des astuces et des mini-jeux, des vidéos de soutien et le suivi des bénéfices de l’arrêt au quotidien (économies et santé).

La réussite de l’opération est liée à la participation de partenaires qui se sont mobilisés sur le terrain, aux  professionnels de santé, mais aussi aux entreprises et associations qui fédèrent le plus d’acteurs possible autour de la lutte contre le tabagisme. Une documentation gratuite et des outils sont est mis à disposition . Par ailleurs, de nombreuses manifestations ont été organisées durant le mois: Course, événement festif, stand d’information, consultation. En France, 57% des fumeurs déclarent vouloir arrêter de fumer. Quelque soit le secteur auquel ils appartiennent, on peut les aider grâce à 212 partenaires, des pilotes nationaux et régionaux, des ambassadeurs. Plus de 8 500 comptes ont été ouverts sur le site Mois sans tabac et plus de 1 800 000 commandes sur le site partenaires (kits, affiches, …) dont 347 855 kits #MoisSansTabac ont été effectuées.

Rendez-vous donc l’année prochaine pour une quatrième édition avec des nouveautés et encore plus de candidats prêts à s’arrêter de fumer.

Laisser un commentaire

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252