Marche pour la fermeture des abattoirs

A l’appel de l’association de défense pour les animaux L 214, une marche pour la fermeture des abattoirs s’est tenue le 8 juin au départ de la Place de la République à Paris.

Pour cette 8ème édition, des milliers de personnes s’étaient réunies pour revendiquer l’abolition de l’élevage en batterie et de la pêche industrielle qui infeste les océans. Ironie du calendrier, cette manifestation coincidait avec celle pour les océans qui se déroulait autour du canal St Martin, non loin de la République.

Plus de 3 millions d’animaux terrestres et des dizaines de millions d’animaux aquatiques sont tués chaque jour  en France dans les abattoirs ou dans les filets de pêche. C’est pour des raisons humanitaires que les défenseurs des animaux ont défilé. Les êtres vivants sont  doués de sensibilité, il est inconcevable de les tuer avec cruauté et les laisser partir sans dignité.

L’édition de l’an dernier avait réuni plus de 4 000 personnes à Paris pour demander un juste traitement des animaux. D’autres villes dans le monde, au total 35, avaient tenu à manifester leur compassion et demander la fermeture des abattoirs. Parmi elles, se trouvaient Tokyo, Los Angeles, Vancouver, Londres ou Sydney , qui n’ont pas hésité à renouveler cette année leur engagement pour la cause animale  et redescendre dans les rues pour faire prendre conscience aux populations la place accordée aux animaux dans nos sociétés. Une autre  marche organisée par le Mouvement pour la cause animale a eu lieu le 1er juin à Toulouse.

Brigitte Gothière, porte-parole de l’association L 214,  a donc demandé aux pouvoirs publics d’intervenir afin de changer les conditions d’abattage des animaux suite aux révélations mises à jour depuis 2015 à Alès et plus récemment en 2018, aux abattoirs du Boischaut et d’Equevillon. De son côté, l’association DxE France a témoigné encore de la violence vécue par les animaux au moment de leur mise à mort dans les abattoirs d’Andrézieux-Bouthéon, le 4 juin dernier. Tout au long de la Marche, un happening musical  géant de “coeurs battants” était entrecoupé par des slogans et des ‘die-ins” au son de cris de mises à mort dans les abattoirs ou sur les bateaux.

La manifestation avait aussi pour but de démontrer la stupidité de certaines coutumes comme le Festival de  la  viande de Yulin en Chine, qui  “exécute” des centaines de chiens et de chats pour les manger après les avoir ébouillantés. A ce jour, de nombreuses pétitions sont mises en oeuvre afin d’interdire définitivement cette coutume barbare. Il en est de même pour pour les fermes à bile qui font vivre un véritable enfer aux ours noirs afin de récolter leur bile, ce que dénonce l’association Animals Asia.

En amont de cette manifestation, il était possible de se rendre sur les 85 stands du village associatif, de 12h à 19h, place de la République, pour y signer des pétitions mais aussi comprendre comment se comporter et se nourrir dans un proche avenir suite à la problématique climatique qui touche la biodiversité et les océans; des dégustations de produits vegan étaient proposées au public qui pouvait découvrir la cuisine végétale. Des casques de réalité virtuelle permettaient de s’immerger au sein d’élevages et d’abattoirs pour prendre conscience de ce que sont les animaux pour nous, on pouvait aussi rencontrer des membres de l’association L 241 créée en 2008. Après une dizaine d’années, elle a rendu plus de 50 enquêtes sur les conditions d’élevage, de transport et d’abattage des animaux, révélant le traitement des animaux comme de la simple marchandise. Grâce à ses 30 000 adhérents et ses 700 000 followers sur Facebook, elle a pu obtenir l’engagement de plus de 120 entreprises à renoncer aux oeufs de poules élevées en cage et la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les conditions d’abattage des animaux. Trouver un substitut à la viande, au poisson, aux oeufs et aux produits laitiers  est un moyen de faire cesser les pratiques nuisibles aux animaux.

L 214 est aussi à l’origine en mars dernier du compte Instagram “Paye ton cliché vegan” qui répond aux idées reçues sur le veganisme. En quelques semaines, près de 9 000 personnes l’ont suivi . Ce fut aussi un moyen pour appeler à participer à la Marche du 8 juin.

Selon L 214,” il y a 10 raisons d’agir pour un monde durable et solidaire: en végétalisant notre alimentation , nous agissons concrètement et efficacement pour l’environnement, les animaux et les humains”. Ces rasions sont les suivantes:

1- L’élevage émet des gaz à effet de serre et détruit les forêts.     2-L’élevage met l’eau en péril.

3-La pêche pollue et détruit.                                                               4-L’élevage gaspille des ressources.

5-L’élevage favorise l’antibiorésistance.                                            6-C’est capital pour notre santé.

7-Il est urgent de valoriser les options végétales.                            8-Nos choix épargnent les animaux.

9-Nous pouvons vivre en paix avec les animaux.                           10-Chaque geste compte.

La cause animale est aussi au coeur de la politique puisqu’aux dernières élections européennes, fin mai, le Parti animaliste a obtenu un score de 2,2% soit près de 500 000 voix. Cela tient à dire que les citoyens sont de plus en plus préoccupés par l’intérêt porté aux animaux, véritable enjeux de notre société.

Crédit photos: B.M./IMPACT EUROPEAN

 

Laisser un commentaire

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252