L’Etat islamique a revendiqué vendredi l’attentat de Saint-Pétersbourg

GABRIEL MIHAI

L’Etat islamique a revendiqué la déflagration de Saint-Pétersbourg qui a fait 13 blessés dans un supermarché de Saint-Pétersbourg, mercredi, affirme Amaq, l’agence de propagande de l’EI.

Vladimir Poutine avait qualifié cette explosion “d’acte terroriste”, dans un contexte d’inquiétude concernant le retour des djihadistes partis combattre en Syrie.
“Hier, un acte terroriste a été commis à Saint-Pétersbourg”, avait déclaré M. Poutine ce jeudi, au début d’une cérémonie de remise de décorations aux militaires russes qui ont participé à l’opération russe en Syrie.

Dans un communiqué publié dans la nuit, le Comité national antiterroriste (NAK) avait indiqué “coordonner” l’enquête. Il a diffusé des images de l’entrée du magasin avec le plafond en partie effondré près des caisses, entourées de débris.

“Un engin artisanal laissé dans un casier de la consigne a explosé” dans ce supermarché situé dans un ancien cinéma soviétique sur l’avenue Kondratiev, a expliqué ce comité, précisant qu’il représentait “l’équivalent de 200 grammes de TNT”.

La Russie a été menacée à plusieurs reprises par l’EI et par la branche syrienne d’Al-Qaïda après le début de son intervention militaire en Syrie, le 30 septembre 2015.

Saint-Pétersbourg a été visée par un attentat dans son métro qui a fait 15 morts et des dizaines de blessés le 3 avril et qui a été revendiqué par un groupe peu connu lié à Al-Qaïda.

Mi-décembre, les services de sécurité russes avaient annoncé avoir démantelé, à l’aide de renseignements transmis par la CIA, une cellule de l’EI préparant des attentats le 16 décembre à Saint-Pétersbourg, notamment dans la très touristique cathédrale Notre-Dame-de-Kazan.