Les Finalistes du Prix du Guesclin se sont retrouvés au 8ème Salon de l’Histoire pour sa 7ème édition au Cercle National des Armées

Véronique PHITOUSSI

Ce 8ième Salon de l’Histoire organisé par Michèle ROSSI dans les Salons du Cercle National des Armées à paris. Les prix ont été décernés en présence de Jeanne d’Hauteserre, maire du 8ième arrondissement.

Le Prix du Guesclin fut créé par l’association Cocktail & Culture en partenariat avec les Librairies Fontaine, ce prix vise à récompenser « la révélation historique de l’année » l’auteur d’un essai, d’une biographie ou d’un roman historique à la suite d’une présélection parmi des ouvrages concernés.


Les résultats du Prix du Guesclin 2017 sont :

Pierre Cornut-Gentille pour le « Le 4 septembre 1870, l’invention de la République chez Perrin » a reçu le Prix du Guesclin 2017,

Jean-Louis Debré pour le « Dictionnaire Amoureux de la République chez Plon » a reçu le Prix du Guesclin 2017 – Prix de la Mairie du 8ème,

Lomig Guillo pour « Les Secrets du Mont Saint-Michel chez Prisma » a reçu le Prix du Guesclin 2017 – Mention Spéciale,

Geneviève Haroche-Bouzinac pour « La vie mouvementée d’Henriette Campan chez Flammarion a reçu le Trophée Gonzague Saint-Bris de la Biographie 2017.

Elena et Anton Joly recoivent le prix franco-russe ex–aequo de l’APMC (Action Privée en faveur du Monde Culturel) pour leurs livres respectifs « Vaincre à tout prix «  et « Stalingrad vol 1 ».

Le Prix du Guesclin fut décerné à 20h30 par Philippe du Guesclin, Marquis de Saint-Gilles. Trophée Florence Riché.

Jean-Marie Rouart de l’Académie Française a rendu un poignant hommage à Gonzague Saint-Bris.

Les Finalistes du Prix du Guesclin 2017:

Pierre Cornut-Gentille pour « Le 4 septembre 1870, l’invention de la République » chez Perrin,
Jean-Louis Debré pour le « Dictionnaire amoureux de la République » chez Plon,
Laurent Decaux pour « Le seigneur de Charny » chez XO,
Lomig Guillo pour « Les secrets du Mont Saint-Michel » chez Prisma,
Geneviève Haroche-Bouzinac pour « La vie mouvementée d’Henriette Campan » chez Flammarion.

 

Laisser un commentaire