L’épiphanie ou la fête des rois

VÉRONIQUE YANG

Tous les ans, le 6 janvier , on fête les rois en Occident et on profite de cette occasion pour déguster la galette.

Cette tradition existe depuis  le IVème siècle, on célébrait dans les religions chrétiennes la visite des rois mages venus rendre hommage à l’enfant Jésus. Cette célébration a lieu 12 jours après la naissance du Christ.

A l’origine, il s’agissait d’une fête paienne qui fêtait la renaissance de la nature chez les grecs et les romains et qui coincidait avec la période du solstice d’hiver.
Les grecs commémoraient Dyonosos, dieu du vin et des vendanges aliors que les romains fêtaient Saturne, dieu de la famille et de l’agriculture, d’où le nom de “Saturnales”.
Dans les religions chrétiennes, ce ne fut pas accepté facilement puisqu’il a fallu attendre la fin du XVIIème siécle mais l’existence de la galette associée à cette commémoration remonte au XIII et XIV ème siècle. Les gens de réunissaient autour d’un gâteau en forme de boule de pain et le divisaient en autant de parts que de convives plus une part que l’on appelait “la part du pauvre” adressée au premier nécessiteux qui frappait à la porte. La tradition veut qu’un enfant se cache sous la table et désigne à qui est dédiée la part.

La galette des rois était à l’origine une boule de pain puis elle s’est transformée en brioche avec une fève cachée à l’intérieur. On retrouve encore les brioches des rois dans le sud de la France, le nord ou le Languedoc, agrémentées de fruits confits, de sucre ou de fleur d’oranger.

La galette feuilletée à la frangipane est quant à elle apparue à Paris sous le règne d’Anne d’Autriche, d’où son surnom de “parisienne.
Dès le XVIIIème siècle représente l’enfant Jésus. A la Révolution elle se transforme en bonnet phrygien ou en pièce d’or et à la fin du second empire, elle est en porcelaine, selon les régions elle représente un métier ou un personnage. A partir du XXème siècle, avec l’explosion de la technologie, elle prend un peu toutes les formes et toutes les matières., la fève devient unobjet de collection et un musée en Loire Atlantique, à Blain rassemble des milliers de pièces.

A l’étranger, l’épiphanie est une fête plus importante qu’en France particulièrement en Espagne et au Portugal  et dans les pays d’Amérique du sud où les enfants reçoivent les cadeaux plutôt qu’à Noel et ils envoient leurs lettres aux rois mages (Gaspard, Melchior et Balthazar).C’est l’occasion de  mettant en scène les rois magesgrands défilés de chars. Au Mexique, la galette est remplacée par “la Rosca”, gâteau en forme de couronne.
Dans les pays d’Europe du Nord, c’est le début des préparatifs des fêtes du carnaval qui se déroulera durant février.
En Russie, des milliers de personnes sautent dans l’eau glacée afin de commémorer le baptème du Christ le jour de l’épiphanie qui pour eux sera le 19 janvier, Noel tombant dans la nuit du 6 au 7 janvier..
Dans certains pays orthodoxes, c’est la journée du baptème. Le prêtre lance un crucifix dans l’eau du fleuve ou de la mer et les fidèles plongent pour le rattraper, après s’être rendus à l’église où ils ont collecté de l’eau bénite et du basilic.

Pour le calendrier, la date change selon les années pour des raisons pratiques, le premier dimanche de janvier a été choisi pour saluer la visite des rois mages à Betlhéem.

Vous pouvez tirer les rois pendant tout le mois de janvier. Alors n’hésitez pas à vous réunir autour d’une bonne galette!!..

JOURNAL

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Laisser un commentaire

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252