Législatives – 1er tour : La République en marche vers une majorité absolue

GABRIEL MIHAI

Un mois après la victoire d’Emmanuel Macron à la Présidentielle, les Français ont voté ce dimanche pour une nouvelle Assemblée nationale, plaçant La République en marche en tête, devant Les Républicains et le Front national.

Le parti d’Emmanuel Macron a largement dominé ce premier tour des élections législatives avec 32,90% des suffrages exprimés, selon une estimation Kantar-Sofres. En terme de projection en sièges, La République En Marche obtiendrait la majorité absolue avec plus de 400 sièges à l’Assemblée nationale.

Les projections pour la composition de la prochaine Assemblée nationale sont les suivantes: de 390 à 430 sièges pour LREM/MoDem qui, dans tous les cas obtiendrait la majorité absolue. De 85 à 125 sièges pour LR/UDI/DVD et de 20 à 35 sièges pour le PS/PRG/DVG/EELV. De 3 à 10 sièges iraient au FN. Les autres partis s’octroient entre 7 et 12 sièges.

La parti d’Emmanuel Macron s’octroie 32,2% des votes, devant LR/UDI/DVD qui en comptabilise 21,5%. Le FN, capte 14% des suffrages, LFI 11% et PS/PRG/DVG 10,2%.

Le taux d’abstention atteint finalement 51,59%. Ce qui représente une forte baisse de la participation par rapport aux élections législatives de 2012 et surtout de 2007. Selon une estimation Ipsos/Sopra Steria. En 2012, la participation finale avait été de 57,22%.

Selon une estimation Ipsos/sopra Steria publiée par la chaîne publique France Info, l’abstention finale devrait atteindre 50,5%. Dans ce cas de figure, les candidats devront donc atteindre 25% des votes émis pour pouvoir se présenter au second tour. Si personne n’atteint ce pourcentage élevé, les seuls deux premiers candidats classés pourront se représenter la semaine prochaine. Ce qui réduira considérablement les élections triangulaires.

Quelque 7877 candidats, dont un peu plus de 42% sont des femmes, se disputent 577 sièges. Et le renouvellement de l’Assemblée est assuré avec près de 40% des députés sortants qui ne se représentent pas, après l’entrée en vigueur de la loi sur le non-cumul des mandats. Les Français de l’étranger, qui ont voté par anticipation le week-end dernier, ont plébiscité les candidats de La République en Marche!, en mesure de l’emporter dans dix des onze circonscriptions en jeu.

Le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, est éliminé dès le premier tour à Paris. Idem le candidat socialiste malheureux à la Présidentielle, Benoît Hamon. Nicolas Bay, qui menait la campagne des législatives pour le Front national, est logé à la même enseigne. D’anciens ministres ou secrétaires d’État de François Hollande sont également hors-jeu, à l’image de Matthias Fekl, Aurélie Filippetti ou encore Ségolène Neuville.

A commencer par Les Républicains qui obtiennent le deuxième meilleur résultat. « Notre pays attend des pouvoirs équilibrés et pas concentrés dans les mains d’un seul parti » a déclaré François Baroin, chef de file des Républicains.

Marine Le Pen demande, elle, aux électeurs, d’aller voter massivement dimanche prochain pour « contrer les projets d’Emmanuel Macron ».

Enfin, selon Jean-Luc Mélenchon, les résultats montrent une situation politique « Totalement instable en raison de l’abstention « . Selon lui, « Il n’y a pas de majorité pour ‘détruire’ le code du travail « .

Comme pour la présidentielle, 50.000 policiers et gendarmes seront mobilisés dimanche et le 18 juin, pour le second tour, dans le cadre d’un dispositif sécuritaire renforcé sur fond de menace terroriste, selon le ministère de l’Intérieur.

A 23H00, tous les résultats n’étaient pas encore connus, mais pour certains, le sort en était jeté pour le meilleur (le second tour) ou pour le pire. Voici le verdict pour certaines des personnalités, connues, ou apparues récemment dans l’univers politique français.

-Marine Le Pen est nettement en tête du premier tour de la législative dans sa circonscription du Pas-de-Calais (près de 45% des voix). Elle sera présente au second tour.

-Bruno Le Maire, ministre du gouvernement Macron, accusé de trahison par ses anciens collègues du parti  » Les Républicains  » est en ballotage favorable et figurera au second tour.

-Benoît Hamon, le candidat malheureux du PS à l’élection présidentielle française serait éliminé dès le premier tour dans les Yvelines.

-Richard Ferrand, ministre du gouvernement Macron arrive en tête de sa circonscription et figurera au second tour.

-Christophe Castaner, ministre du gouvernement Macron figurera au second tour.

-Manuel Valls, en ballottage favorable passe au second tour, contre la candidate de la France insoumise.

-Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, qui était opposé à Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’Etat du numérique du gouvernement Philippe, ne se qualifie pas pour le second tour.

-Nicolas Bay, le secrétaire général du FN, est éliminé dès le 1er tour

-François Ruffin, le réalisateur de « Merci patron », passe au second tour

-Gilbert Collard (FN) est au coude-à-coude avec la torera Marie Sara de La République en Marche, dans la seconde circonscription du Gard. Tous deux passent au second tour.

-Paul Molac (En marche) est le premier élu officiel de ces élections législatives françaises. Il est rejoint par Napole Polutélé (Wallis-et-Futuna) et par Stéphane Demilly (UDI) dans la Somme.

Laisser un commentaire