Le salon Rétromobile 2017, l’épicentre de l’automobile de collection

ALEX LeGRAND

Le salon Rétromobile s’installe à partir d’aujourd’hui au parc des expositions de la Porte de Versailles.

Il continue de s’agrandir cette année, et offre maintenant une surface de visite de 60000 m² sur trois halls d’exposition. De nombreuses marques automobiles sont exposées, ainsi que des clubs de voitures anciennes, brocanteurs, assureurs ou organisateurs d’événements. Egalement plusieurs espaces d’exposition de voitures anciennes sont présentés.

Première exposition incontournable, un grand nombre de voitures du groupe B, véhicules surpuissants qui ont créé le mythe des rallyes mondiaux dans les années 80. Du fait du peu de régulations techniques imposées pour ce type de voitures de rallye, les constructeurs se sont lancés à l’époque dans une course à l’augmentation des performances des véhicules, jusqu’à atteindre 600 chevaux pour certains modèles.

Ces voitures très spectaculaires en course amassaient des foules de spectateurs aux bords des routes des rallyes, ce qui rendait les épreuves très dangereuses. Après plusieurs accidents mortels impliquant des spectateurs et des pilotes, ce groupe B a dû être supprimé en 1986. Ces voitures sont depuis restées dans la mémoire des amateurs de sports mécanique comme un mythe, que la fédération automobile essaie (à moindre mesure) de relancer en 2017 en changeant les restrictions techniques des voitures de rallye.

Ferrari a également droit à sa rétrospective pour fêter ses 70 ans, avec une sélection de huit modèles d’exception. Notamment, la 166 Mille Miglia qui a participé aux 24 heures du Mans en 1949 est exposée, avec également la Ferrari 500 F2 qui a permis de remporter le championnat du monde de formule 1 en 1952 et 1953.

Enfin, comme chaque année Artcurial réalise une grande vente aux enchères, qui s’était illustrée lors du salon Rétromobile 2016 par la vente d’une Ferrari 335 S Spider pour la somme astronomique de 35 millions d’euros. Cette année, deux modèles sont mis en avant : une Dino berlinetta speciale de 1966, et une Ferrari 166 Spyder Corsa Scaglietti de 1948. La première est estimée entre quatre et huit millions d’euros, pour la seconde le prix est annoncé « sur demande »…

 

Toutes les voitures mises en vente sont exposées sur le salon jusqu’à la vente aux enchères qui aura lieu le vendredi 10 février.
Le salon est ouvert au public jusqu’au 12 février 2017, à la Porte de Versailles à Paris.

PHOTOS: IMPACT EUROPEAN / WPA – ALEX LeGRAND et BM

Laisser un commentaire