Le marché de Noël au cœur du quartier d’affaires d’Europe “La Défense”

GABRIEL MIHAI

Le Marché de Noël de la Défense, l’un des plus beau et des plus grand en Ile de France a ouvert la 23e édition, le 23 novembre – jusqu’au 28 décembre.

Ce mardi soir la marraine du marché de Noël était Ghislaine Arabian, grand chef cuisinier française d’origine belge, qui a décroché deux étoiles au Michelin pour son restaurant Pavillon Ledoyen à Paris, connue du grand public pour avoir fait partie du jury de l’émission Top Chef.

La soirée était lancée dans le Carré réservé aux artisans des Hauts-de-Seine par Ghislaine Arabian accompagnée de la comédienne belge Grâce de Capitani.

Les deux femmes ont pris la pose devant une énorme glace, création du glacier parisien Olivier Ménard.

Le plus grand village de Noël d’Ile-de-France s’étend sur plus de 12 000 m2, sur le parvis du quartier d’affaires La Défense, avec ses 300 châlets, d’un espace de 300 m2 consacré aux décorations de Noël, un autre de 200 m2 dédié aux produits « made in France » ou encore un stand d’expo-vente animé par la chambre des métiers et d’artisanat des Hauts-de-Seine.

La directrice générale de Defacto, Marie-Célie Guillaume a pour cette 23e édition, tout particulièrement privilégié le made in France et l’artisanat, d’établissement public de gestion, d’animation et de promotionn dans un espace de 200 m² entièrement dédié à l’artisanat d’art, où se succèdent dix professionnels chaque semaine.

Dans l’espace animation, du côté de l’Arche, il y en a pour tous les âges et tout est gratuit. Spectacles de Guignol les mercredis, samedi et dimanche », il y a également une attraction en réalité virtuelle sur le traîneau du Père Noël où, grâce à un casque, on peut voyager à travers les étoiles.

En 1995, il n’existe aucun marché de Noël dans la région. « Les coeurs de ville se vidaient, il fallait les animer. On a proposé un marché de Noël à Paris mais la municipalité n’était pas intéressée. C’était avant que les salons du terroir et les marchés de Noël ne deviennent à la mode. Alors on a atterri ici sur le parvis battu par le vent », se souvient Jean-Claude Meritte. Pour la première édition, 50 châlets sont construits. Le pari était loin d’être gagné. Aujourd’hui, Codecom enregistre 600 demandes chaque année.

Noël 1999, la tempête du siècle se déchaîne. A l’époque, le marché ferme heureusement au public le 24 décembre au soir. Les marchandises ont donc été remisées dans les caisses. « Les châlets volaient », relate Jean-Claude Meritte. Un châlet résiste, celui du santonnier : « Le nôtre n’a rien eu, rien n’a été cassé, Nous étions des miraculés. C’était le signe qu’il fallait revenir ! »

Des animations et des records. Chaque édition apporte son lot de fêtes, de visites du Père Noël, de concerts, de manifestations, mais une d’elles a, semble-t-il, marqué le créateur du marché. « La plus grande bûche du monde ». Le 1er décembre 2010, le marché de La Défense est entré dans « le Livre des records » avec la réalisation d’une bûche de 207 m. « On a eu aussi la transhumance de moutons voilà huit ans… », ajoute Jean-Claude Meritte.

Depuis plus de 90 ans le Bleuet de France, symbole national de Mémoire et de Solidarité, vient en aide aux anciens combattants et à leurs jeunes frères d’armes, à leurs femmes, enfants et familles en cas de blessure ou de décès ainsi qu’aux victimes d’attentats.

Ce mardi l’association a reçu 1700 euros, offerts par le groupement des boulangers des Hauts- de -Seine, cette somme correspond à la recette des chouquettes et brioches de Nanterre vendues dans le cadre du “Carré de la Création Artisanale” du 23 au 26 novembre 2017.

Patrick Devedjian, président du conseil départemental des Hauts-de-Seine a félicité les organisateurs du village de Noël pour la pérénnité de cet événiment.

Il est entouré des nombreuses personnalités.