La littérature gastronomique à l’honneur

Bon nombre d’entre eux sont des ouvrages de référence et des faire-valoir de la gastronomie française. Certains sont même de véritables bibles.  Depuis quelques années l’art culinaire est très en vogue. Merci aux émissions de télévision ? Merci aux chefs devenus « in » et incontournables ? Merci aux webzines et aux blogs dédiés à la cuisine en tous genres ? Sans doute. Résultat : on ne compte plus le nombre de livres et de magazines de presse proposés. Chacun y va de son imagination pour présenter des idées variées, plus originales les unes que les autres et surtout gourmandes et faciles à cuisiner.

Alors, puisque le cinéma, la télévision, le théâtre et la littérature ont leurs prix, pourquoi la gastronomie n’en aurait-elle pas un aussi ? Qu’à cela ne tienne. Pierre-Christian Taittinger, ancien ministre, sénateur de Paris et maire du XVIe arrondissement de Paris, Monique Cara, journaliste, productrice d’émissions pour la télévision et écrivain, Philippe Renard Chef des cuisines de l’hôtel Lutetia Paris, l’ont fait en 2001. Les trois gourmets ont réussi à mutualiser leur envie de récompenser par le Prix littéraire de la Gastronomie Antonin Carême (Ndlr : inventeur de la célèbre toque blanch, cuisinier-pâtissier reconnu, respecté et très considéré), le livre dont le contenu littéraire et la mise en valeur des mets seront les meilleurs. La quête du parfait équilibre entre les recettes et les images.

Et tout ceci  dans quel objectif ? Pour le chef et président Philippe Renard (depuis la disparition en 2009 de Pierre-Cristian Taittinger) « C’est davantage la passion de la cuisine que celle de la littérature qui est à l’origine de mon engagement dans ma fonction de président. Le désir de faire connaître le travail des Chefs et de leurs brigades, des fournisseurs garants de la qualité des produits, rendre hommage aux savoir-faire français et éveiller des vocations. La profusion de lires de cuisine méritait la mise en avant des meilleurs ouvrages (…) La portée du Prix Littéraire de la Gastronomie Antonin Carême rappelle les valeurs du travail éditorial. C’est également l’occasion d’échanges entre les acteurs engagés tels que les membres du jury, les maisons d’éditions, les auteurs et les photographes ainsi que les ais du Prix ». Mais pas que. Ce prix est aussi l’occasion d’encourager de telles publications et de promouvoir la qualité de la gastronomie, qu’elle soit française ou européenne, racontée par des chefs.

Quid du jury ? C’est à des critiques littéraires et gastronomiques, des journalistes, des personnalités du monde des arts et de la politique que reviendront le choix du lauréat selon des critères répondant à ceux de la qualité et de l’originalité des textes, d’une mise en image artistique et de l’originalité ainsi que de la facilité d’exécution des recettes par les cuisiniers amateurs. Ambassadeurs et défenseurs du savoir-faire et des traditions françaises, c’est eux qui remettront le 12 décembre prochain à la Table Jardin du Luxembourg (Pais VIème) lors de cette quinzième édition, le trophée signé du sculpteur-designer Maurice Marty à l’un des sept ouvrages finalistes :

  • Céréales & Légumineuses de Régis Marcon, photographies de Philippe Barret aux éditions de La Martinière
  • Émotion culinaire, Serge Vieira, textes de Catherine Guérin, photographies de Pierre Soissons aux éditions Quelque part sur terre
  • Mon Italie de Simone Zanoni, photographies de Jean Claude Amiel aux éditions La Martinière
  • Saour, saveurs Bretonnes de Domitille Langot, photographies de Michel Langot aux éditions Ouest France
  • Ma Bretagne de Christophe Adam, photographies de Guillaume Czerw chez Ducasse Edition
  • Chez Jean-François Rouquette, texte de Pascale Mosnier, photographies de Marie Pierre Morel aux éditions Glénat
  • On va déguster La France par François Régis Gaudry & ses amis aux éditions Marabout

Quant au prix spécial du jury Pierre-Christian Taittinger récompensant la qualité photographie, trois livres seront en lice pour le recevoir :

  • Émotion culinaire, Serge Vieira, textes de Catherine Guérin, photographies de Pierre Soissons aux éditions Quelque part sur terre
  • Mon Italie de Simone Zanoni, photographies de Jean Claude Amiel aux éditions La Martinière
  • Saour, saveurs Bretonnes de Domitille Langot, photographies de Michel Langot aux éditions Ouest France.

 Alors, qui seront les deux grands vainqueurs de ces deux très attendues récompenses ? Encore un peu de patience avant qu’ils ne soient révélés lors de la remise des prix du 12 décembre prochain.

 

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252