La culture de la paix repose sur un nouveau type de relation entre États, pour la réconciliation et la paix dans les zones de conflit du monde entier

L’initiative de paix mondiale, par exemple, 30 ans après la chute du communisme en Europe de l’Est, une perspective de réconciliation et de réunification pour la péninsule coréenne, comme dans les zones de conflit.

Mardi 2 avril, à Bucarest,  capitale roumaine, s’est déroulée la réunion diplomatique des anciens chefs d’Europe orientale, pour la réconciliation et la paix dans les zones de conflit du monde entier.

La culture de la paix repose sur un nouveau type de relation entre États, les relations entre des personnes partageant les mêmes valeurs communes, nées bien avant les États-nations actuels.

Depuis 2013, année de création de l’organisation non gouvernementale HWPL “Culture céleste, paix dans le monde, Restauration de la lumière”, des réunions ou sommets pour la paix dans le monde sont organisées tous les ans.

Cette année, Bucarest a été les 1er et 2 avril, le théâtre d’un événement culturel sur le thème “Paix, culture, religion et éducation pour une société meilleure, une démocratie durable et la réunification d’états divisés parmi lesquels la solidarité, le rétablissement de la paix faite par les anciens dirigeants politiques en Europe afin de répandre la culture de la paix mai aussi soutenir la réunification pacifique de la péninsule coréenne. ”

L’ancien président de la Roumanie, Emil Constantinescu, a expliqué qu’il ne souhaitait plus voir les dirigeants des États se battre et que la population soit une victime innocente, les femmes en particulier  premières à souffrir et à ressentir les horreurs inévitables de toute guerre.

Le président de l’institut d’études pour la culture et la civilisation du Levant est fermement convaincu que “l’évitement des guerres et la construction de la paix supposent la conclusion laborieuse d’une culture de la solidarité, façonnant un style pragmatique, dans lequel les déclarations n’ont pas le poids, mais les actions concrètes. Par exemple,  la péninsule coréenne souffre d’un peuple divisé en deux États à cause d’une idéologie athée agressive, qui revêt une signification particulière pour le monde, nous vivons dans de nombreuses divisions idéologiques, œcuméniques, sociales et religieuse”.

À Bucarest, les dirigeants d’Europe centrale et orientale, qui ont directement vécu l’expérience de la guerre froide, des guerres civiles et des conflits ethniques au cours de la douloureuse transition vers la démocratie ont témoigné,  leur existence et l’histoire de leur pays s’inscrivant dans la sphère d’influence de l’URSS après la Seconde Guerre mondiale.

La Seconde Guerre mondiale est une autre conséquence qui a conduit à la division de la péninsule coréenne, déjà sous l’occupation du Japon. Le territoire de la péninsule coréenne est entré dans la zone d’influence des deux grandes puissances victorieuses, les États-Unis et l’Union soviétique.

La guerre froide et la guerre de Corée dans les années 1950-1953 ont donc prolongé cette division et conduit à l’émergence de deux États dotés d’idéologies anthogoniques et d’évolutions dichotomiques, la Corée du Sud et la Corée du Nord.

En 1989, le miracle s’est produit lors de la chute du mur de Berlin,  ligne de démarcation symbolique qui divisait l’Europe en deux: l’Ouest et l’Est, entre démocratie et dictature et conduit à la chute du régime communiste en Europe de l’Est. La constatation d’Emil Constantinescu:

“A mon tour, au tournant des XXe et XXIe siècles, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, dans les Balkans et dans le Caucase, je fus frappé par l’origine commune des vestiges historiques et architecturaux, mais surtout par de nombreuses affinités de comportement découlant de  dizaines de millions de personnes de tous les coins du monde, un amalgame de races, d’ethnies et de nationalités qui se rendent chaque année au Levant en tant que pèlerins ou touristes, réunissant des sentiers présentant les fortifications des villes et villages anciens, élevés pour protéger les frontières entre domaines anciens et féodaux, palais construits pour impressionner par la richesse et le pouvoir, temples ou églises marquant des frontières spirituelles, démontrant que tout ce qui est créé pour s’isoler finit par nous unir. L’initiative Levant for Global Peace propose une autre lecture de l’histoire de cette région, vue jusqu’à maintenant, en particulier par les guerres et les conflits millénaires. Il propose une nouvelle approche qui suit ce que nous avons et que nous pouvons unir: principes, valeurs et capacités du passé qui peuvent maintenant être exploités pour assurer non seulement la stabilité de cette région dans son ensemble, mais également la construction d’un modèle. de coopération et de confiance pour tous les états du monde. Cela ne signifie pas que nous devons nier notre passé, mais seulement l’assumer dans sa dimension tragique “.

“C’est la raison pour laquelle les valeurs communes me semblent aujourd’hui si importantes dans la nouvelle structure des relations internationales. Parce que certains malentendus concernant les motivations des autres ont conduit à de nombreuses décisions erronées de politique étrangère qui ont déclenché des conflits, beaucoup sont encore gelées. Seule une politique fondée sur des valeurs communes en tant que base du dialogue peut assurer la stabilité; seuls une économie de marché viable et un état de droit peuvent s’opposer à un État oligarchique; élargir l’espace de la paix, c’est élargir l’espace d’une démocratie et non d’une démocratie de façade. ”

“Afin de prévenir les conflits et de gérer les situations d’après conflit, les structures politiques doivent être complétées par des structures de la société civile consacrées aux questions de sécurité mondiale. Ce n’est qu’alors qu’un processus de renforcement du respect de l’homme, de la démocratie et de la sécurité commune peut acquérir la profondeur que seule il peut être garanti. “La politique internationale, à l’instar de la diplomatie classique, s’est construite sur les relations de pouvoir et le restera pendant longtemps. Le” soft power “est loin d’être fonctionnel. Je ne soutiendrais pas le remplacement de la diplomatie classique et culturelle, cela voudrait dire soutenir une utopie dangereuse, mais je plaide pour leur association et j’espère que cette conférence apportera une nouvelle vision qui part des fondements religieux de notre conscience et par conséquent j’ai invité à cette conférence. Nous devons nous rappeler que, dans les livres fondamentaux des trois grandes religions monothéistes nées dans la région du Levant: la Torah, le Nouveau Testament et le Coran, on parle de paix et de compréhension entre les hommes, pas de guerre, “explique l’ancien président roumain.

“Il y a plus de trente ans, en Europe de l’Est, des millions de personnes, les mains nues, étaient prêtes à se battre et à mourir pour la liberté et la démocratie, détruisant la plus grande machine de guerre de l’histoire de l’humanité. En ce nouveau millénaire, nous pouvons redécouvrir la foi, non pour l’utiliser comme dans une longue histoire de l’humanité contre d’autres, mais pour comprendre notre objectif sur Terre. La paix est le nom de Dieu, que nous soyons chrétiens, musulmans, juifs ou de religions asiatiques. Seule l’arrogance de l’homme lui a fait oublier le message du Seigneur, quel que soit le nom que nous lui donnons dans notre langue ou notre conviction. ” a-t-il ajouté.

Shoshana Bekerman, directrice de la Coalition interparlementaire pour l’éthique mondiale, pense que nous devrions nous concentrer une minute sur la culture de la paix qui devrait être et doit vraiment être le fondement de la diplomatie culturelle.
“Je réitérerai la définition de l’UNESCO de ce concept: La culture de la paix et de la non-violence est l’engagement en faveur de la consolidation de la paix, de la médiation, de la résolution des conflits et de la prévention des conflits, de l’éducation à la paix, de l’éducation à la non-violence, de la tolérance, de l’acceptation, du respect mutuel, de la réconciliation et du dialogue. interculturel et interconfessionnel “. Au cours de la séance plénière, nous avons atteint tous ces points, alors que le Levant a été érigé en berceau de la diplomatie culturelle et de la culture de la paix grâce à la passion du Président Constantinescu. En regardant les défis actuels, que nos honorables diplomates nous font connaître, tout cela n’aide en rien les conflits actuels au Levant. Toutefois, comme le souligne l’ex-dirigent roumain, nous tirerons peut-être des leçons du passé afin de pouvoir relever les défis de l’avenir. Sous l’égide de l’UNESCO, l’ONU s’est engagée à établir une consolidation de la paix après la Seconde Guerre mondiale par le biais d’accords économiques, sociaux et politiques. Comme nous le savons, cela ne semble pas fonctionner, le fondement de la paix ayant toujours besoin de l’appui que nous espérons recevoir de ce nouvel institut. Depuis plus de 60 ans, l’UNESCO poursuit cette mission conformément à sa constitution qui stipule que “depuis que les guerres éclatent dans l’esprit de l’homme, des mécanismes de consolidation de la paix doivent également être construits là-bas”. Malheureusement, comme nous le savons, même l’UNESCO connaît des difficultés dans cette région, mais nous espérons que les exposés que vous soutiendrez aujourd’hui nous guideront dans la bonne direction, à mesure que nous apprenons du passé pour évoluer à l’avenir. ”

Man Hee Lee pense que l’unification pourrait avoir lieu cette année, si les citoyens avaient le droit de se déplacer librement du sud au nord de la Corée, l’abandon de la frontière entre les deux états apporterait à la Corée autant qu’à l’Allemagne avec la chute du mur de Berlin en 1989, la possibilité que la population puisse se réunir après la division qui a eu lieu en 1953…” Pendant la tragique guerre de Corée, je me suis battu en première ligne, vous pouvez imaginer combien d’atrocités j’ai été témoin.
La première cérémonie annuelle de la “Déclaration de paix et de la cessation de la guerre” a eu lieu au cimetière commémoratif des Nations Unies à Busan. J’ai alors demandé au présent: “La politique ou les lois en vigueur peuvent-elles payer pour les vies sacrifiées, nées dans le même monde que nous, mais ne se sont pas encore épanouies?”

“Si les 10 articles et les 38 clauses de la “Déclaration de paix et de cessation de la guerre” étaient appliqués en droit international, la paix serait établie. Pour que le peuple coréen ne subisse plus cette douleur et ces souffrances, nous devons parvenir à la paix dans le monde. Nous avons besoin d’un monde de paix, ce n’est pas le devoir d’une seule personne, c’est notre devoir dans son ensemble, c’est notre responsabilité”.

L’unification des deux États de la péninsule pourrait commencer même cette année si les citoyens avaient le droit de se déplacer librement dans les deux Corées …, considérant que la Corée du Nord n’est pas encore pleinement reconnue et qu’elle dispose de peu de ressources visibles pas financières. Elle  peut construire des arsenaux nucléaires, que ni la Chine ni la Russie ne regarderaient avec confiance, mais qui aide financièrement le peuple nord-coréen à vivre? La Corée du Sud pourrait l’aider à créer des emplois, tout comme elle le fait avec les étrangers qu’elle embauche dans le sud du pays.

Je soutiens fermement et déclare avec confiance que la réalisation de l’unification pacifique dans la péninsule coréenne conduira à l’instauration de la paix dans le monde entier; j’en suis sûr. Le temps que cela va prendre dépend de notre sérieux. Le processus sera accéléré avec votre aide. ”

Sinem SAHIN, représentant de la branche jeunesse du groupe de jeunes pour la paix, à Berlin, s’est adressé aux invités et a expliqué la réunification et l’importance du mur de Berlin en 1989, où les familles allemandes se sont réunies pour construire une Allemagne dans un but démocratique et libre.

L’intervention de chaque invité a apporté un soutien et des informations aux niveaux stratégique et géopolitique, culturel et religieux ainsi qu’au niveau de l’enseignement, dans le but d’unifier la péninsule coréenne et de la paix au niveau mondial.

M. Garry JACOBS, directeur général de la World Art and Science Academy et du World University Consortium, a donc assisté à l’événement en expliquant le rôle que la culture joue pour la société lorsque la technologie progresse:

“Nous vivons dans un monde d’une rapidité, d’une complexité et d’une incertitude sans précédent. Tous les progrès réalisés au cours des 200 dernières années ne semblent plus relever les défis du XXIe siècle. Nous oublions en fait que pour fonctionner, le logiciel de toute institution est une culture. La culture est le savoir essentiel que l’humanité a acquis depuis des millénaires. Les temps ont changé, le style de vie, la technologie, mais les relations entre les êtres humains sont restées constantes grâce à des valeurs fondamentales universelles et perpétuelles. Ce nouvel institut doit se concentrer sur l’idée du futur, en puisant dans l’histoire du passé les connaissances essentielles pour le futur. ”

Petru LUCINSCHI, ancien président de la République de Moldovie de 1997 à 2000, a expliqué dans son discours que: “Pour une stratégie plus viable et une paix stable, un dialogue stratégique politique, diplomatique mais aussi géopolitique pour réussir, vous avez besoin d’une stratégie simple et explicite, transmise par l’histoire et la culture de chaque état, mais également par des méthodes alignées sur les droits de l’homme pour tous les pays de la planète”.

Pour clôturer, Emil Constantinescu a déclaré: “Depuis des milliards d’années, la Terre est le théâtre gigantesque d’un affrontement permanent entre les tendances à la concentration et la dissémination de la matière minérale, ainsi que l’histoire du monde vivant et des peuples;  les idées et le dialogue pacifique peuvent remplacer à tout jamais la violence, de quelque type que ce soit.

La Coalition mondiale interparlementaire pour l’éthique mondiale est peut-être le meilleur endroit où rappeler que nous devons rejeter l’arrogance qui empêche la communication, éviter les jugements et les préjugés contre des concepts que nous ne connaissons pas assez pour aborder avec soin et respect le caractère mystérieux et profond des différentes civilisations humaines,  ce monde multiculturel dans lequel nous avons été condamnés à un passage éphémère et au rêve de l’éternité spirituelle, capitaliser sur les anciens jalons qui se chevauchent, redécouvrir la tradition des échanges pacifiques et des négociations subtiles entre des peuples appartenant à des civilisations différentes et complémentaires. L’enjeu  ne doit plus être un moyen d’organiser les relations entre amis et ennemis, mais comprendre que la meilleure façon d’être ensemble autour d’un projet commun de la construction et la consolidation de la paix. La liberté de conscience, la tolérance et le pluralisme sont les valeurs qui peuvent nous aider à sortir de la nuit de la haine et de la vengeance pour construire de nouveaux ponts entre les cultures et les civilisations anciennes. ”

Les conclusions de ces réunions sont résumées comme suit:

“Le monde dans lequel nous vivons présente des défis et des opportunités qui vont au-delà de la capacité des nations ou des groupes de nations les plus puissantes, de s’attaquer efficacement au reste de l’humanité. La paix et la sécurité, la gestion du climat et de l’environnement, l’immigration et la population, le commerce et les investissements, le développement technologique et l’emploi, la fraude fiscale et le blanchiment d’argent, le trafic de drogue et le terrorisme nous obligent à rechercher des solutions globales soutenues par des institutions pour les mettre en œuvre. Aucun des défis du monde moderne ne peut être traité efficacement au niveau des états nationaux qui défendent leurs propres intérêts en concurrence ou en conflit avec ceux d’autres nations ou par le biais d’accords bilatéraux et de groupements régionaux de nations. Tous ces défis nécessitent des niveaux de coopération et de collaboration accrus au sein de la communauté mondiale. Nous vivons dans un monde de plus en plus globalisé, mais nos instruments de gouvernance restent ancrés dans des institutions anciennes et largement inefficaces, guidées par des perspectives étroites, des priorités erronées, des stratégies contradictoires et des objectifs mutuellement exclusifs. Son humanité et ses institutions ont évolué depuis que les relations internationales ont été décidées par les caprices des monarques et les ambitions des empires coloniaux, imposées par la violence et enchâssées par des traités et des alliances bilatérales, conçues pour offrir des avantages économiques aux puissants. Aujourd’hui, le monde est gouverné par des institutions gouvernementales internationales, des chartes, des conventions, des traités, des lois, des comités, des systèmes, des sociétés multinationales et nationales, des organisations non gouvernementales et des associations liées à la paix, la sécurité, le commerce, l’économie, la finance, les transports, la communication et l’éducation, la science, la technologie, la culture, la religion et le divertissement. Malgré cette multiplication des moyens de gouvernance, l’évolution rapide de la société mondiale dépasse la capacité des institutions de guider, surveiller et gérer l’éventail croissant d’opportunités et de défis. La différence entre les besoins de l’humanité et le système institutionnel prédominant retarde le progrès collectif et menace de saper les fondements de la paix, de la sécurité, de la liberté et de la stabilité acquis après la guerre froide. ”

 

Laisser un commentaire

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252