La communauté chinoise confrontée à une polémique suite à la mort d’un de ses ressortissants

Véronique YANG

Dimanche soir,26 mars, la BAC est intervenue cité Curial dans le 19ème arrondissement au domicile d’une famille d’origine chinoise suite au signalement à la police d’un différent familial.

Deux versions se présentent après le décès du père de famille atteint par les balles d’un fonctionnaire de police, le blessant mortellement.
Selon la police, monsieur Shaoyo LIU, 56 ans aurait été menaçant envers les policiers de la BAC et aurait été armé d’un ciseau, il aurait attaqué les policiers et en aurait blessé légèrement l’un d’entre eux, c’est à ce moment qu’un des policiers aurait tiré.

La famIlle quant à elle réfute cette version, selon son avocat, maître Calvin Job. En effet, un voisin aurait prévenu la police entendant des cris chez monsieur LIU mais il n’y avait pas de différend selon lui. Alors qu’il s’occupait du poisson qu’il cuisinait, la police a sonné et il est allé ouvrir , les ciseaux à la main selon une de ses filles. L’avocat de la famille précise que la police est entrée en force et que Mr LIU n’avait en aucun cas porté de coup ni ne s’était précipité sur les forces de l’ordre . Le policier aurait tiré sans sommation blessant mortellement le père de famille au thorax.

Monsieur LIU était déjà connu de la police suite à des plaintes et mains courantes en 2012 et 2016. La première fois, il fut conduit à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture alors qu’il avait jeté du matériel informatique par la fenêtre et la seconde fois il se promenait dans les couloirs, une barre de fer à la main.

Suite à ce décès, des manifestations de protestation ont été organisées devant le commissariat du 19ème arrondissement dès lundi soir. Après des incidents avec les forces de l’ordre, jets de pierres et incendie d’une voiture, 35 personnes ont été arrêtées sur les environ 150 présente, selon la préfecture.
Il serait dommage de confondre la communauté asiatique avec ces casseurs habitués des manifestations.

Presqu’aussitôt, Pékin a réagi en demandant à la France de faire toute la lumière sur cette affaire et de protéger les ressortissants chinois sur le territoire français, touristes et résidents.

On peut souligner qu’il ne s’agit pas de la première fois où cette communauté plutôt silencieuse et discrète décide de communiquer son indignation et sa peur.
En 2010, après l’agression de ressortissants lors d’un mariage, une dizaine de mille de personnes d’origine chinoise ont manifesté à Belleville. L’année suivante, encore après une agression , une manifestation portant le nom “Sécurité pour tous” regroupe cette fois le double de participants, interpellant ainsi le ministre de l’intérieur de l’époque qui promet de faire plus pour les ressortissants asiatiques de Belleville.

Il n’y aura pas d’autre grande manifestation avant 2016, une brigade spéciale de terrain ayant été créée et les habitants du quartier s’étant organisés.
L’année dernière, suite au décès en août à Aubervilliers de Zhang Chaolin, un couturier chinois, plusieurs défilés ont eu lieu, le premier quelques jours avant son décès à l’hôpital et le dernier à Paris le 4 septembre de la place de la République à celle de la Bastille. Cette fois, les associations chinoises soulignent le caractère raciste mais SOS Racisme ne se manifeste pas. A la suite de cela avec l’accord des maires de la Seine St Denis et des associations chinoises, des décisions de protéger la population d’origine asiatique avaient été prises pour leur protection.

Depuis la mort de Shaoyo LIU le 26 mars dernier, des réunions et manifestations se tiennent tous les soirs pour rendre hommage à la victime mais aussi pour montrer leur indignation. Sur les banderoles, on peut lire “Police assasin”.
Mardi soir, une autre manifestation a été organisée devant le commissariat du 19ème et malheureusement des heurts ont éclaté en fin de soirée entre les forces de l’ordre et les représentants de la communauté asiatique, 10 personnes ont encore été arrêtées suite à des jets de pierre.
Depuis, le quartier est presque sous couvre feu, on ne rencontre presque plus personne dans ses rues et le mouvement s’est déplacé puisqu’hier soir, c’est à l’Hôtel de Ville que les personnes se sont réunies pour allumer des bougies en souvenir de Shaoyo LIU mais cette fois il n’y a pas eu d’arrestations malgré quelques débordements.

Ce jeudi, la réunion s’est faite à la République quadrillée de forces de l’ordre et où un débat sur les violences policières avait été organisé,mais aussi à la Bastille où une minute de silence a été observée à la lueur des bougies allumées en souvenir Sur les pancartes on pouvait lire “Justice pour Shaoyo Liu, “Police Colonialiste”,mais aussi des slogans en anglais “Wake up French Asians! You’re still oppressed in this country” (Réveillez vous, asiatiques de France, vous êtes encore opprimés dans ce pays!)

PHOTOS: IMPACT EUROPEAN / WPA

JOURNAL

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Une pensée sur “La communauté chinoise confrontée à une polémique suite à la mort d’un de ses ressortissants

  • 31 mars 2017 à 2 h 51 min
    Permalink

    IMPACT EUROPEAN aime les débats.
    Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
    La rédaction.
    Caractères restants: 350

Laisser un commentaire

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252