La canicule en France et dans le monde

L’été 2018 est particulièrement chaud dans le monde entier que l’on soit en Europe comme en Grèce ou en France mais aussi en Asie comme au Japon ou en Australie. Les spécialistes du climat prédisent que ces chaleurs exceptionnelles pourraient devenir de plus en plus courantes.

La canicule est présente sur tout le globe, cette année elle n’épargne personne. Un pic de chaleur à 65° a même été relevé dans le sud de l’Algérie à Adrar dans le Sahara,  les températures frôlent les 50° C dans certains pays comme l’Australie, le Pakistan où elles ont fait 180 morts , les Philippines et certains états du Mexique où l’état d’urgence a été décrété. L’Amérique du Nord n’a pas été épargnée puisque 88 décès ont été déclarés au Canada dont 54 au Québec. Au Japon, on a relevé 80 morts et 35 000 personnes hospitalisées en 3 semaines suite à des températures entre 35° et 40° C à l’ombre et une hygrométrie de plus de 80% responsable de l’affaiblissement des forces naturelles.

Toute l’Europe est touchée par cette vague de chaleur inhabituelle, de la Scandinavie au Royaume Uni en passant par l’Allemagne et  les pays de l’Est comme la Lettonie mais aussi la Grèce qui subit d' »normes incendies ayant provoqué jusqu’ici 80 morts sans oublier la France qui subit depuis mi-juin des températures dépassant les 30°C dans les grandes métropoles. Ces températures extrêmement chaudes sont dues au retour de l’anticyclone des Açores de retour dans le pays depuis lundi 23 juillet et à ses hautes pressions liées à celles de l’anticyclone scandinave mais aussi aux masses d’air chaud provenant d’Afrique du Nord. Entre le 25 et la fin de la semaine, les températures devraient prendre 1 à 2 degrés par jour et on devrait subir 4 jours de canicule, notamment à l’Est et au Sud du pays  avec des températures pouvant atteindre 36 à 37°, entraînant des pics de pollution dans les grandes villes et la mise en place du plan canicule. Malgré  des orages qui devraient arriver le week-end prochain, une nouvelle vague de chaleur est prévue pour le mois d’août, au moins jusqu’au 15.

Quelques mots pour revenir sur l’histoire de la canicule. Le mot canicule est né dans les années 1500 et vient de l’italien canicula, qui signifie petite chienne (du latin canis, chien). Il a été donné à Sirius, l’étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Sirius se lève et se couche avec le soleil du 22 juillet au 22 août, période où les fortes chaleurs sont fréquentes

Les seuils très élevés de températures, de jour comme de nuit, pendant au moins trois jours consécutifs sont à la base de la définition de la canicule; ils sont différents  selon les régions et l’aptitude locale à supporter la chaleur.  Pour décider de la mise en place du plan, on s’appuie sur la température minimale car elle-ci qui permet aux corps de récupérer suffisamment la nuit. Les populations les plus exposées sont les plus jeunes, les plus âgées et les personnes malades.

Le plan canicule » a été mis en place après la canicule de 2003 qui a duré 2 semaines du 1er au 15 août, pour anticiper et réduire les effets sanitaires des vagues de chaleur exceptionnelles. L’été 2003 a été le plus chaud depuis 1950; les étés 1976, 1983 et 2006 ont aussi été marqués par des périodes caniculaires.  Chaque année, le ministère de la Santé le met en place pendant la période estivale et s’appuie sur l’expertise de Météo-France et de Santé Publique France. On y compte 4 niveaux de vigilance  caractérisés par des couleurs:

  • vigilance verte / niveau 1 – veille saisonnière, activé en 2018 du 1er juin au 15 septembre de chaque année. En cas de chaleur tardive, la veille saisonnière pourra être prolongée après le 15 septembre.
  • Vigilance jaune / niveau 2 – avertissement chaleur, correspond à une phase de veille renforcée permettant aux différents services de se préparer à une montée en charge en vue d’un éventuel passage au niveau supérieur et de renforcer des actions de communication locales et ciblées, en particulier la veille de week-end et de jour férié.
  • Vigilance orange / niveau 3 – alerte canicule, déclenché par les préfets. Elle prend en compte la situation locale (niveau de pollution, autres facteurs, comme les grands rassemblements, etc.) et les indicateurs sanitaires en lien avec les Agences régionales de santé.
  • Vigilance rouge / niveau 4 – mobilisation maximale, concerne les canicules avérées exceptionnelles, très intenses et durables, avec apparition d’effets collatéraux dans différents secteurs (sécheresse, approvisionnement en eau potable, saturation des hôpitaux ou des pompes funèbres, panne d’électricité, feux de forêts, nécessité d’aménagement du temps de travail ou d’arrêt de certaines activités…). Cette situation nécessite la mise en œuvre de mesures exceptionnelles.

A Paris, afin de lutter contre la pollution qui avait atteint un pic dimanche dernier, il a été décidé par l’exécutif de mettre en place le stationnement résidentiel gratuit lundi et mardi et d’utiliser des modes de transport plus respectueux de l’environnement. Des mesures de restriction de circulation ont été mises en place suivant la réglementation (contournement de l’Ile de France pour les poids lourds, réduction de la vitesse sur les grands axes franciliens, mise en place d’une circulation différenciée dont les crit’air 4 et 5), d’autres en faveur des personnes fragiles, le niveau 3 du plan canicule ayant été atteint (salles rafraîchies ouvertes dans les équipements publics tels les clubs des CASVP, informations sur les panneaux et les EHPAD, échanges entre voisins, contact avec personnes inscrites au fichier Chalex avec éventuellement prise en charge par médecin ou travailleur social (inscription au 3975 ou au CAS)). Par ailleurs, 5 nouveaux parcs seront ouverts la nuit en plus des 13 déjà existants afin de se rafraîchir.

En cas de fortes chaleurs et de canicules, certaines précautions sont à prendre en rapport avec son âge ou sa santé; il est donc recommandé d’avoir le bon réflexe:

  • Boire régulièrement de l’eau sans attendre d’avoir soif.
  • Éviter de sortir aux heures les plus chaudes et passer plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché, musée…).
  • Se rafraîchir et se mouiller le corps (au moins le visage et les avants bras) plusieurs fois par jour (douches, bains, brumisateur ou gant de toilette mouillé sans vous sécher).
  • Manger en quantité suffisante et ne pas boire d’alcool.
  • Éviter les efforts physiques.
  • Maintenir son logement frais (fermer fenêtres et volets la journée, les ouvrir le soir et la nuit s’il fait plus frais).
  • Penser à donner régulièrement des nouvelles à ses proches et, dès que nécessaire, oser demander de l’aide.
  • Consulter régulièrement le site de Météo-France pour s’informer.
  • Aider les plus fragiles et demander de l’aide, notamment auprès de la mairie.
  • En cas de malaise, appelez le 15.

Lors de longs trajets  en voiture:

  • Penser à emporter de l’eau et un brumisateur pendant les trajets en voiture.
  • S’arrêter régulièrement pour se reposer et se rafraîchir.
  • Sur certaines aires d’autoroute des fontaines à eau ou des zones de brumisation sont mis à disposition, ne pas hésiter à les utiliser.
  • Si possible, décaler son trajet aux heures les moins chaudes.
  • Ne jamais laisser une personne  seule ou un animal dans une voiture, surtout un enfant car la température dans l’habitacle peut augmenter très vite.

En cas de problème; s’adresser à Canicule Info service de 9h à 19h au 0800 06 66 66 (Appel gratuit  depuis un poste fixe en France)

Laisser un commentaire