Grève mondiale et “Marche du Siècle” pour le climat les 15 et 16 mars

Au lendemain de la 3ème édition du One Planet Summit à Nairobi, la jeune suédoise Greta Thunberg a appelé la jeunesse mondiale à se mobiliser pour une “Grève pour le Climat” le 15 mars et une “Marche pour le Climat” le 16 mars.

Après les grèves déclenchées le mois dernier dans pas moins de 270 villes dans le monde comme en Suède avec le mouvement “Fridays For Future”de Greta Thunberg depuis août 2018, Australie, Autriche, Belgique avec le mouvement “Youth4Climate” d’Anuna de Wever et Kyra Gantois depuis janvier 2019, Canada, Pays-Bas, Allemagne, Finlande, Danemark, Japon, Suisse, Royaume- Uni ou Etats- Unis, un appel à la grève internationale étudiante et scolaire pour le climat a été lancé pour le 15 mars.

En France, la première grève scolaire pour le climat s’est tenue le 15 février , manifestation inédite par son ampleur et son but que les étudiants ont compris  contrairement à une majorité de politiques. A Paris, le 22 février, une seconde manifestation a réuni plusieurs milliers de jeunes dont Greta Thunberg, la jeune suédoise de 16 ans, investigatrice du mouvement de grève international,  le but de ces manifestations est un appel aux gouvernements à une réelle politique de lutte contre les changements climatiques et  faire comprendre les dangers car la jeunesse ne peut pas payer les conséquences de l’incompréhension et de la négligence. Les jeunes ont le soutient d’associations de parents, de professeurs et de syndicats et l’urgence à agir est de plus en plus partagée car les dérèglements climatiques se répercutent sur les populations, particulièrement les plus faibles.

Depuis 1992 où les 2 conventions mondiales des Nations Unies sur le climat et la biodiversité ont été adoptées, les rapports des différentes COP sont de plus en plus alarmants à cause de la hausse des températures. En 2015, les gouvernements se sont engagés pour atteindre des objectifs: le réchauffement climatique ne doit pas dépasser 1,5°C , les émissions de gaz à effet de serre doivent  baisser de 45% d’ici 2030 et atteindre la neutralité en 2050. En ce qui concerne l’Europe, la réduction prévisible n’est que de 40% d’ici 2030. Depuis plus de 50 ans, malgré les alertes des scientifiques, la biodiversité s’écroule et les catastrophes naturelles sont en hausse

Pour réduire l’empreinte carbone et les émissions de gaz à effet de serre, il faut la transition écologique en passant par un changement de mentalités concernant les politiques de l’eau,  des transports, des enjeux sociaux et environnementaux des industries (circuits courts favorisés et demandes de restitution des aides publique en cas de non efficacité). C’est pourquoi la jeunesse a décidé de s’engager dans une “grève mondiale pour le futur” face aux guerres, à la famine et aux catastrophes environnementales, en demandant aux dirigeants mondiaux de donner la preuve de leurs engagements pour une transition écologique équitable entre riches et pauvres et en présentant un plan à la hauteur des exigences du GIEC avant le 15 mars, date à laquelle a eu lieu la Grève pour le Climat.

En France, la mobilisation était importante dans de nombreuses villes à l’appel du collectif “Youth for Climate France” né début février dernier à partir de 7 villes, Paris, Lyon,Bordeaux, Toulouse, Troye, Nancy et Rouen.

A Paris, la manifestation est partie du Panthéon (5è) pour se rendre aux Invalides. Le matin, 140 étudiants et lycéens ont bloqué le siège de la Société générale, dans le quartier d’affaires de la Défense, pour ” dénoncer des investissements qui menacent leur avenir “.

A Lyon, la grève a commencé à 8h puis après un pique-nique, le rendez-vous  de la manifestation a été donné place Bellecourt pour finir à la Métropole.

Entre 16 heures et 18 heures, des débats sur l’environnement étaient organisés dans de nombreux lycées, sur consigne du ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer.

La mobilisation” pour un Printemps climatique et social” s’est poursuivie samedi 16 mars dans tout l’Hexagone uniquement, adressée à l’ensemble des citoyens. La  Marche du Siècle”  a été initiée  par 140 organisations qui ont appelé à y participer, dont “Notre Affaire à Tous”, la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH), Greenpeace France et Oxfam France, à l’origine de la pétition l’Affaire du Siècle”, qui ont déposé un recours en justice contre le gouvernement ce 14 mars pour inaction. Le but de la “Marche du Siècle” est d’être le plus grand rassemblement de l’Histoire pour une justice climatique. Depuis septembre dernier, plus de 150 000 personnes ont participé aux Marches pour le climat contre les émissions de gaz à effet de serre, la disparition de la biodiversité, l’augmentation des températures et l’aggravation des inégalités;  plus de 2 millions ont signé “l’Affaire du Siècle”, les jeunes manifestent chaque jeudi ou vendredi pour défendre leur avenir sans oublier les”Gilets Jaunes” chaque samedi depuis 4 mois.

Laisser un commentaire

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252