François Feldman, de retour et plus « vivant » que jamais !

Ah les années 80 ! Un vrai boom surtout musical riche en découvertes avec l’arrivée de nouveaux sons et de nouvelles icones (Mickaël Jackson, Madonna, George Mickael…).

La variété française n’a pas été en reste. Les années 80 sont synonymes de tubes intemporels en tout genre qui ont permis à certains artistes d’écrire leur légende. Les années 80 ce sont des audaces capillaires assumées notamment par Desireless qui en a fait sa marque de fabrique, des looks colorés qui n’ont pas échappé au groupe Début de soirée ou encore des maquillages prononcés à la Jeanne Mas.

Les années 80, c’était la belle époque où l’on chantait. Presque quarante ans après, l’engouement n’a pas pris une seule ride. Le « vent de folie » continue de souffler. On n’arrête pas de chanter « ce refrain qui nous plait ». Merci aux artistes, merci aux chansons rythmées qui mettent en joie, merci à la tournée « Star 80 » et merci au film du même nom.

Dans les artistes qui ont marqué cette période, impossible de ne pas citer François Feldman. Avec pas moins d’une dizaine de tubes à son actif (« Rien que pour Toi », « Joue pas », « Les valses de Vienne », « Joy », « Rien que pour toi », …), les ventes de ses disques se comptent en millions. Aujourd’hui encore, on n’a de cesse de les entonner dès que la télévision ou la radio les diffusent.

La disparition de sa mère, puis de celle de son père, additionnées à sa séparation d’avec sa compagne de l’époque et de l’impitoyable cruauté de l’univers du showbiz l’avaient contraint à quitter Paris. Mais pour ses fans, le sentiment d’un éloignement durant toutes ces années ne s’est jamais fait ressentir.

Et pourtant, cela faisait quatorze ans qu’il n’avait pas sorti de nouvel opus et qu’il s’était, en solo, absenté de la scène musicale. Âgé de 60 ans, cheveux légèrement grisonnants qui n’ont en rien entaché sa superbe, le chanteur est donc enfin de retour. Il l’a annoncé lui-même sur sa page Facebook : « Après 14 ans de silence, je suis très heureux de vous présenter mon nouvel album studio « Vivant » maintenant disponible sur ITunes et toutes les plateformes. Comme promis, il est en fabrication pour la vente physique ».

Et d’ajouter pour ses fans : « Je ne vous remercierai jamais assez de votre soutien… J’espère qu’il vous plaira. J’y ai mis toute mon âme et mon amour… » Car c’est entre autres, par amour pour son public avec lequel il a tissé un lien fort que François Feldman a décidé de remonter sur scène.

Alors quid de cet album 100% live travaillé à distance dont ont peu déjà apprécier « You want every night » et « Be my bro » (feat Florence François et Pedro Castano) ? Des nouveaux titres bien-sûr portés par les thèmes de l’amour, de la tendresse, de l’émotions, de l’amitié, de la famille, du rêve, des souvenirs, mais aussi des standards revisités, le tout sur un son très actuel aux sonorités funky. Feldman a fait du Feldman. Ça bouge, ça danse, ça chante. Grâce à la technologie numérique, il n’a pas eu à se déplacer de chez lui. « J’ai envoyé toutes mes chansons à Kamil Rustam, un ami de vingt ans, par internet à Los Angeles. Ensuite, il a enregistré les guitares chez lui, puis le mix a été réalisé à Londres. J’ai fait les basses et les chœurs dans mon studio », confiait-il a France Dimanche. Et d’ajouter : « C’est une nouvelle expérience qui me simplifie la vie ».

Car la vie, il la croque désormais à pleines dents. Celui qui caracolait en tête du Top 50 au milieu des années 80, vit désormais près de Nice et n’est plus un cœur à prendre. À nouveau « amoureux fou » tout semble sourire au chanteur populaire. On comprend mieux pourquoi, en bon « vivant », il se sente plus « vivant » que jamais !

« Vivant, par François Feldman, sorti chez Joy Music, disponible en digital et sur commande.

En tournée dans toute la France à partir du 9 février 2019 – Réservations en points de vente habituels

EXTRAITS « VIVANT » :

You want every night

 

Be My Bro (feat. Florence François – Pedro Castano)

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252