Festival Off d’Avignon. La Cité des Papes redevient pour un mois la plus grande scène théâtrale du monde

Du 5 au 28 juillet, ce festival alternatif de compagnies indépendantes propose plus de 1600 spectacles  pour le théâtre et le spectacle vivant, danse, arts plastiques, marionnettes, musique  … dans 139 lieux différents, dont une trentaine de théâtres permanents, les autres étant éphémères.
Il est un gigantesque marché pour les directeurs de théâtre, les programmateurs de festivals, les institutions scolaires, départementales ou régionales, tant pour la France que pour les pays de la francophonie et les institutions françaises à l’étranger.
Jusque tard dans la nuit, partout dans les rues de la ville, acteurs, metteurs en scène, directeurs de théâtres d’Avignon présentent de façon ludique et humoristique leur spectacle.
Le Festival d’Avignon créé par Jean Vilar existe depuis 1947.
Le Festival Off naît en 1967 à l’initiative d’André Benedetto qui, dès 1966 avait ouvert son théâtre, le Théâtre des Carmes, défiant l’institution théâtrale de l’époque. Le mouvement contestataire de 1968 établira définitivement le “Off” dans la Cité des Papes, face au “In”.
Déjà deux coups de coeur pour cette cuvée 2019 … des lettres …
“Les Lettres à Anne” au Sham’s Théâtre.
“Je n’avais que 14 ans, cela m’a laissé une impression … ineffaçable”, confie Anne Pingeot, parlant de sa première rencontre avec François Mitterrand, 41 ans, marié et père de 2 fils.
Leur passion naît lorsqu’Anne, 19 ans, vient à Paris pour ses études. Débute alors une correspondance amoureuse intense et enflammée.
De 1962 à sa mort, en 1996, François va écrire à “son Anne”, “son Animour”, plus de 1200 lettres d’une grande qualité littéraire.

Nathalie Savalli, dans une mise en scène de Frédéric Fage, avec talent et émotion, nous en lit quelques-unes dans une mise en scène illustrée de photos de la carrière politique du chef d’Etat.Les derniers mots exprimés : “Mon bonheur est de penser à toi et de t’aimer. Comment ne pas t’aimer davantage.”
Les Français ne découvriront l’existence d’Anne Pingeot, compagne secrète du Président Mitterrand, qu’à la mort de ce dernier, lorsque les deux familles, l’officielle et la clandestine, se rassemblèrent autour de son cercueil.

Anne Pingeot et leur fille Mazarine ont accepté la publication en 1996 chez Gallimard de ces magnifiques lettres d’amour qui constituent à présent un document historique.
“La Lettre d’une inconnue” au Théâtre de la Carreterie.
« À toi qui ne m’as jamais connue », ainsi commence ce très beau texte de Stefan Zweig,

L’écrivain autrichien, au travers du récit de la vie d’une femme, évoque l’amour à la folie de celle-ci qui, petite fille de 13 ans, s’éprend de son voisin d’appartement, un bel écrivain de 25 ans, qu’elle va aimer en secret jusqu’à son dernier souffle.

Quand la famille déménage, c’est un drame pour l’enfant. A 18 ans, elle le revoit, le séduit.
Il ne la reconnaît pas.
Un enfant naît de leur liaison éphémère, un enfant dont il ne connaîtra jamais l’existence et qui mourra à l’âge de 10 ans au grand désespoir de sa mère qui le vénérait.

Bien plus tard, leurs chemins se croiseront de nouveau. Là encore, il ne la reconnaît pas, la prenant même pour une fille de joie..

Caroline Vidal, dans une mise en scène de Céline Patrizio, accompagnée  au piano par le compositeur Guillaume Garrones, incarne avec justesse, fougue et tendresse, cet amour absolu d’une femme qui, à la veille de sa mort, éprouve juste le besoin de se raconter à l’être aimé, sans le juger.

Laisser un commentaire

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252