Dorothée Cambier a dévoilé l’art vu à travers l’âme

GABRIEL MIHAI

Ce jeudi une mère, une artiste a présenté un art totalement différent dans la peinture moderne.

Si aujourd’hui la peinture à la détrempe, à l’huile ou au crayon était connue, Dorothée nous montre comment peindre dans l’eau, c’est une nouvelle fenêtre de la peinture.

La Mer est l’amie de l’art depuis 2002 pour Dorothée. Depuis plus de 15 ans, elle a repris l’art de son père, un patrimoine familial, un plaisir de transmettre des sentiments à travers la nature, en utilisant l’eau pour dessiner un tableau.

Dorothée Cambier est née à Renaix en Belgique, au sein d’une famille d’artistes. Son père, le peintre Yves Cambier, est issu du monde du textile, il a étudié l’architecture d’intérieur, un travail dans la création; aujourd’hui il est peintre.

Dorothée anime des ateliers artistiques, offre ses conseils aux personnes handicapées mentales et expose dans des galeries.

Il y a du changement dans l’Art des expressionnistes et des modernistes:
“Dorothé dans sa peinture est nourrie de ce qu’elle aime, l’eau, la mer, le voyage et l’espace, les éléments où la vie est fortement imprimée.”

Peinture subaquatique, une nouvelle expérience

En Espagne, dans la mer Méditerranée, Dorothée a découvert une nouvelle expérience, la peinture subaquatique. C’est la projection subjective pour ressentir un langage, une expression et une émotion, pour donner le mouvement des vagues, “l’eau et la peinture me parlent, alors j’ai essayé la peinture subaquatique”.

Cette technique picturale est de plus en plus à la mode, mais peindre en immersion induit d’autres contraintes que la peinture “à l’air libre”… la peinture subaquatique suppose d’employer des techniques appropriées (peinture à l’huile, toiles immergeables…) la seconde concerne toutes les contraintes habituelles de la plongée bouteille (matériel, paliers, …) .

Cette discipline ouvre un nouveau mode d’exploration et de compréhension du monde sous-marin, elle permet aussi de saisir des images qui échappent techniquement à l’oeil et à l’objectif photo.

Le monde sous-marin permet de concevoir des performances révélatrices et d’expérimenter l’acte créateur dans une autre dimension. Passer de l’autre côté du miroir, c’est prendre conscience de l’autre côté de notre planète. Ce qui l’intéresse principalement est la lumière retrouvée sous la mer et la teinte bleue qui s’étend à travers toute l’eau.

 

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252