Décès du « Papa » d’Ikéa

Véronique YANG

Ingvar Kamprad, le créateur d’Ikéa, la marque de meubles et accessoires au logo jaune et bleu, est décédé le 28 janvier à l’âge de 91 ans.

L’inventeur suédois du meuble en kit de qualité pour les bourses les plus modestes  grâce à des prix abordables était l’un des hommes d’affaires les plus importants.

La marque qu’il a créé porte le nom de l’acronyme créé à partir des premières lettres du nom du fondateur, Ingvar Kamprad, du nom de la ferme de ses parents , Elmtaryd et du nom du village où il est né, Agunnaryd.

Sa carrière a commencé en 1943 alors qu’il avait 17 ans. Il a d’abord vendu des allumettes, à vélo dans les rues de sa ville natale puis des cadres, des objets de décoration, des stylos, des machines à écrire et enfin  en 1947 des meubles qu’il faisait fabriquer par des artisans locaux; il fut l’un des précurseurs des meubles en kit à monter soi-même. En 1951, le premier catalogue a été imprimé et distribué en Suède, en 2017 plus de 200 millions étaient distribués à travers le monde répertoriant des milliers de  références, d’étagères et de meubles portant des noms aux consonances nordiques très difficiles à prononcer.

Dans les articles les plus connues, on retrouve la bibliothèque Billy inventée en 1979  par l’un des premiers employés de l’entreprise, Gillis Lundgren et vendue à plus de 40 millions d’exemplaires; la table basse Lack…

À partir de 1959, Ikea commence à ouvrir des restaurants dans certains de ses magasins afin que les clients puisse se restaurer pendant leur visite et leurs achats. En 2016, la restauration représente 5,4% du chiffre d’affaire soit 1,8 milliards d’euros dans le monde. Certaines personnes viennent uniquement chez Ikéa pour se restaurer.

Petit à petit, l’entreprise prend de l’envergure, et grâce à son grand succès sa société emploie aujourd’hui 190 000 personnes à travers le monde pour un chiffre d’affaires de 38 milliards d’euros.

Malgré sa réussite, Ingvar Kamprad était resté très simple. Il voyageait par exemple toujours en deuxième classe.

 

 

 

Laisser un commentaire