Crash d’un avion russe: la deuxième boîte noire retrouvée un «fonctionnement anormal» de l’avion

GABRIEL MIHAI

La deuxième boîte noire de l’avion militaire russe qui s’est abîmé dimanche dans la mer Noire a été récupérée, a annoncé mercredi le ministère russe de la Défense cité par les agences russes.”Le deuxième enregistreur de vol du Tupolev Tu-154 a été repéré et récupéré” mercredi matin, a indiqué l’armée russe, une découverte fondamentale pour déterminer les causes du drame qui a fait 92 morts, dont plus de 64 membres des célèbres Choeurs de l’Armée Rouge.

Toujours selon l’armée citée par les agences de presse, 15 corps et plus de 200 “fragments de corps des victimes” ont été retrouvés, la plupart ayant déjà été transférés à Moscou où ils doivent être identifiés. La première boîte noire avait été retrouvée mardi matin “dans un état satisfaisant” par les équipes de recherche qui sondent jour et nuit la zone du crash depuis dimanche.

Le crash de l’avion militaire russe Tu-154 au-dessus de la mer Noire le week-end dernier avec 92 personnes à son bord est dû à un « fonctionnement technique anormal » de l’appareil, a indiqué le ministre des Transports, Maxime Sokolov.

« Il est clair qu’il y a eu un fonctionnement technique anormal. Les experts devront en éclaircir les raisons et c’est pourquoi une commission spéciale a été créée », a déclaré M. Sokolov lors d’une conférence de presse.

Selon lui, les premières conclusions sur les raisons de la catastrophe devraient être rendues publiques en janvier. L’exploitation de tous les modèles Tupolev Tu-154 a été suspendue dans l’attente de ces conclusions.

“Depuis le début des opérations de recherches, 13 gros morceaux et 2000 petits débris de l’avion ont été découverts”, poursuit le ministère de la Défense. Parmi ceux-ci, des morceaux du fuselage, du moteur ou du châssis du Tu-154.

Sergueï Baïnetov, directeur du service de sécurité des vols de l’armée de l’air, a affirmé “qu’il n’y a pas eu d’explosion” à bord, sans permettre d’exclure totalement l’hypothèse de l’acte terroriste.

“Un acte terroriste, ce n’est pas forcément une explosion, nous n’excluons pas” cette hypothèse, a indiqué M. Baïnetov, soulignant qu’un attentat pouvait résulter d’une «action mécanique».

Les autorités ont également annoncé que les sauveteurs avaient terminé la «phase principale» des recherches, ayant remonté de la mer Noire «tout ce qui est lié au crash de l’avion», ne restant à récupérer que de petites parties de l’appareil et des fragments de corps.

«La zone du crash a été totalement inspectée. Dix-neuf corps, 230 fragments de corps, 13 grosses pièces de l’avion et près de 2000 fragments ont jusqu’à présent été remontés à la surface», a précisé Maxime Sokolov.

JOURNAL

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Laisser un commentaire

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252