Comment une artiste lutte contre la pollution de l’air dans le monde et le nouveau sommet sur le climat à Paris

GABRIEL MIHAI

L’artiste multidisciplinaire et activiste environnementale Kong Ning est basée à Beijing. Née dans la province du Heilongjiang en 1958, elle a étudié le droit, mais, profondément troublée par les injustices du système judiciaire chinois et farouche opposante à la peine de mort, elle a décidé de devenir artiste.

En 2001 Kong Ning s’est consacrée à la peinture, la poésie, la création d’installations et de performances artistiques visant la protection de l’environnement, un sujet extrêmement sensible qui est discuté par tous les gouvernements aux quatre coins du monde.

Aujourd’hui a commencé un tour du monde, pour une période de 5 ans couvrant tous les pays qui ont signé l’accord de Paris COP 21, il a été approuvé par l’ensemble des 195 délégations le 12 décembre 2015 et est entré en vigueur le 4 novembre 2016.

L’artiste chinois Kong Ning a pour but de sensibiliser le monde entier à la protection de l’environnement, avec sa robe intitulée « les petits hommes bleus », fabriquée de matériaux biodégradables.

Cette robe contient 230 représentants de l’accord de Paris, signé le 12 décembre 2015, les 195 pays et 35 régions de monde. Ce mardi Kong Ning est de retour à Paris pour la deuxième fois après avoir été invitée par la maire de Paris, Anne Hidalgo au mois de mars, où elle a présenté une robe baptisée « la mariée de la planète » puisqu’elle a créé une dizaine d’oeuvres afin d’exprimer son amour profond envers la terre sur laquelle elle vit.

Sa fameuse robe de mariée aux mille yeux a fait réagir badauds et visiteurs, les invitant à réfléchir sur le sens de son message de paix entre les hommes et d’amour envers la planète qui nous porte. A la vue des réactions constatées, les spectateurs semblent avoir été touchés par le propos, tout autant que par la mise en scène.

Aujourd’hui, deux ans après la ratification de l’accord COP 21, Paris accueille un nouveau sommet sur le climat organisé par le président Emmanuel Macron à Boulogne-Billancourt, près de Paris, qui a réuni ce mardi une cinquantaine de chefs d’états, des entreprises et des institutions internationales.

Le président Emmanuel Macron, lors du sommet « One Planet Summit » à Boulogne-Billancourt,  s’est exprimé devant une cinquantaine de dirigeants mondiaux: « On ne va pas assez vite et c’est ça le drame », a lancé le chef de l’Etat. « On doit tous bouger car on aura tous à rendre compte », a-t-il lancé à son auditoire, en appelant à la mobilisation pour ce sommet où entreprises et institutions internationales ont promis de se détourner des énergies fossiles.

« Dans 50, 60 ou 100 ans, il y aura 10 ou 15 leaders présents aujourd’hui qui ne seront plus là, ils vont disparaître, leur population avec eux. »

Ce que nous entamons aujourd’hui, c’est le temps de l’action car l’urgence est devenue permanente », a encore dit le chef de l’Etat devant les représentants de 127 Etats, des institutions internationales comme l’ONU et de personnalités du privé. « On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas », a insisté Emmanuel Macron.

La fondation Bill Gates va consacrer 315 millions de dollars à la recherche en agriculture pour aider les plus pauvres, notamment en Afrique, à s’adapter au changement climatique. La Commission européenne mobilisera 318 millions de dollars pour cet objectif.
Au sommet, l’ancien secrétaire d’Etat John Kerry, n’a pas hésité à qualifier le retrait américain de « honte » et de « décision auto-destructrice prise dans un but politique ».

Sans aucun doute, le travail le plus visuellement époustouflant de cette liste est celui de l’artiste Kong Ning. Comme une forme d’art de protestation-représentation, Ning a créé, enfilé et s’est promenée dans une «robe de mariage» incroyablement expressive, une réponse aux «alertes oranges» émises concernant la pollution, un niveau d’alerte où il est conseillé de ne pas quitter votre domicile, tout comme un cliché très semblable, pris par une photographe allemande en expédition en Arctique, montrant un ours polaire encore plus maigre, sur un petit morceau de banquise à la dérive.

Ces images chocs sont-elles réellement imputables au réchauffement de la planète, ou servent-elles simplement le plan de communication des grandes conférences internationales sur le climat comme celle qui s’est tenue à Paris.
Kong a expliqué qu’elle a fait la robe pour organiser un «mariage entre le ciel bleu et la planète – le brouillard et la fumée».
L’artiste a dit qu’elle a mis sur la performance pour sensibiliser l’environnement., que chacun devrait s’imaginer comme une goutte d’eau, qui vient et va légèrment. Les futurs consommables de notre vie pourront retourner à notre planète et ainsi réjouir non seulement la terre, mais aussi les êtres humains.
Tout le monde devrait sentir la signification de la création d’une vie verte, des produits verts. Je lance un appel à tout le monde à y s’engager afin d’être un inventeur et prendre la responsabilité de sauver la terre et de soi-même en même temps.
Durant ce voyage de 5 ans Kong Ning va envoyer une lettre aux dirigeants de chaque pays ayant ratifié l’accord de Paris et dans lequel son projet fera étape, elle y offrira un cadeau symbolique qui soutiendra ce projet.

Aprés son voyage de 5 ans, il y aura une exposition documentaire à Paris et l’artiste partira vers les pays qui ont refusé ou n’ont pas ratifié l’Accord de Paris, pour prendre soin de la terre.

 

Laisser un commentaire