La Louisiane, invitée d’honneur de Sagasdom

Le Salon des Gastronomies Outre-Mer (SAGASDOM) a ouvert ses portes  au Parc des Expositions de Paris dans le 15ème arrondissement

Lire la suite

Une médaille d’or pour le chef des cuisines de l’Elysée

Le 14 janvier dernier, l’Ecole Française de Gastronomie et Management Hôtelier décernait la Médaille d’Or de Ferrandi Paris à Guillaume Gomez, chef des cuisines du Palais de l’Elysée depuis 1997, en présence du directeur Bruno de Montes et du Président du conseil d’établissement de Ferrandi Paris, Jean-Paul Rigal  et de nombreuses personnalités du monde de la gastronomie et de l’hôtellerie;Parmi les invités, on retrouvait Bernard Vaussion, ancien chef de l’Elysée, Marie Sauce Présidente des Toques de France, Francis Attrazic président de l’AFMR, Guy Savoy Meilleur Restaurant du Monde, Catherine Dumas sénatrice de Paris (Ile-de-France), Christian Millet Président des Cuisiniers de France, Jean-Philippe Ardouin Député Charentes maritimes, Francis Durnerin du Prosper Montagné, les MOF de l’école Christophe Haton, Marc Alès, Benoit Nicolas, la brigade de l’Elysée, qui compte plusieurs anciens élèves de l’école Ferrandi… Laurent Desvard Responsable du Département F&B – Évènementiel de Ferrandi mais aussiA cette occasion, un cocktail dînatoire avait été organisé avec brio par les diplômés sous la conduite de leurs professeurs, proposant des préparations élaborées salées et sucrées dont les gambas snackées au thé noir; la bouillabaisse daurade, pomme de terre rouille; les cuisses de grenouille au céleri et persil ou encore  d’autres délices tel le condiment de betterave au vin rouge pour les ateliers salés et pour les sucrés des macarons gianduja, banane; des babas whisky, cacao ou ananas, coco, poivre long…Deux semaines plus tard, afin de remettre sa médaille à Guillaume Gomez, une cérémonie s’est tenue  le lundi 28 janvier au sein du restaurant d’application à St Gratien (95). Cette médaille honore les chefs et personnalités du monde de l’hôtellerie et de la gastronomie pour leur engagement dans la formation, le rayonnement du secteur et pour leur investissement au sein de l’école. Guillaume Gomez est la première personnalité à recevoir cette médaille d’or  et c’est avec émotion  qu’il a transmis tout le savoir-faire qu’il sait si bien faire partager.Un petit retour sur le parcours de ce grand cuisinier, plus jeune cuisinier Meilleur Ouvrier de France récompensé en 2004; pourtant il n’a pas été formé à la célèbre école  internationale Ferrandi. Il a suivi une formation classique à l’Ecole de Paris des Métiers de la Table en alternance au restaurant “La Traversière” à Paris auprès de Johnny Bénariac. Il a ensuite rejoint la brigade de Jacques Le Divellec en tant que commis puis responsable de poste; ce dernier le recommanda pour le faire entrer au palais de l’Elysée alors qu’il effectuait encore son service militaire, bien qu’il n’ait pas été formé dans la prestigieuse  école de renommée mondiale, mais son engagement auprès des cuisiniers en devenir est sans limite et exemplaire.Le chef s’investit aussi dans la promotion de la gastronomie française et son rayonnement à travers le monde en valorisant les produits, ce qui le conduit à recevoir en 2012, “le Prix du rayonnement français pour la gastronomie”. Les Nations Unies le promulguent  “ambassadeur des Geographical Indications”. et a reçu de nombreux prix: le “Prix “Archestrate”, le prix de la transmission “Médéric”, le prix de l’Académie Nationale de Cuisine et le prix de “Meilleur Livre de Cuisine du Monde. En juin 2018, lors des Gourmand Awards à Yantai en Chine, il est distingué du titre de “Food Personality of the Year”.La littérature gastronomique est une autre corde à son arc, il est aussi l’auteur de plusieurs livres dont ” “Cuisine, leçons en pas à pas”, préfacé par Joël Robuchon et Paul Bocuse; il est aussi  membre de plusieurs associations professionnelles de cuisiniers dont “Les Cuisiniers de France” qui regroupe le chefs travaillant pour la France à travers le monde et de laquelle il est le fondateur et le président, l’Académie culinaire de France de laquelle il est le vice-président et membre de l’Académie Nationale de Cuisine, des Maîtres Cuisiniers de France, des disciples d’Auguste Escoffier, des Toques françaises et ambassadeur pour l’Europe des Toques Blanches du Monde,  de la Société des Cuisiniers de France de laquelle il est aussi administrateur et jusqu’en 2015 membre  du “Conseil des Sages” d’Euro Toques avec Régis Marcon et Michel Roth . […]

Lire la suite

La voix de rêve de MAJ va ensorceler le Salon SAGASDOM

Mathilde Albon Jacobson, plus connue sous le nom de M.A.J, se produira le vendredi 1er février de 11h30 à 12h lors de la 4ème édition du salon Sagasdom, créé par Babette de Rozières, qui se tiendra du 1er au 3 février prochain au Parc des Expositions de la Porte de Versailles.La jeune chanteuse mettra en valeur les airs de biguine et interprétera   sera “On ti biguine pou tou lé maléré”, l’un de ses plus beaux titres. Elle sera entourée du groupe “D’lys des Iles” créé par la présidente Céline Patole et présent à Sagasdom depuis la création du salon; de Daniel Misaine et son groupe Ballaté ( Daniel Nugent ( Guitare/chant), Bernabé Lérandy ( Batterie/ Chant) ,Jean-Pierre Misaine ( Basse));  de CIRQU’ENVIE,  groupe d’artistes de Guiherand Granges en région Auvergne-Rhône-Alpes; de Sylvina Cedia,  chanteuse guyanaise;  du ballet réunionnais Madras Contemporain et la musique traditionnelle le maloya et le séga;  du groupe kompa haitien  Koupé Karé Twoubadou.Considérée comme la voix de la biguine des Antilles, M.A.J est auteure, compositrice et chanteuse, est née en mai 1976 à  Montmorency en région parisienne. A l’âge de 3 ans, elle retourne en Guadeloupe avec ses parents. Son père, Emmanuel Albon, poète,musicien et leader du groupe Milflé, lui donne le goût des mélodies  et du   “Gwo ka modern, genre musical de la Guadeloupe, principalement joué avec des tambours; le plus grand : le boula joue le rythme central et le plus petit : le marqueur (ou makè) marque la mélodie et interagit avec les danseurs, le chanteur et les chœurs; ces derniers sont repris généralement par les spectateurs lors de prestations en public. Les chants du gwoka sont généralement gutturaux, nasaux et rugueux, bien qu’ils puissent également être lumineux et lisses. Ils peuvent être accompagnés d’harmonies croissantes et de mélodies relativement complexe.M.A.J. a commencé à chanter  avec son père dès l’âge de 17 ans.  Très vite, la chanteuse guadeloupéenne multipliera les scènes live avec le groupe Milflé. En 1994, le premier album du groupe,  “Mathaelle”. Elle met alors l’accent sur la biguine, musique chère à son coeur et influencée par le jazz comme Sarah Vaughan ou Billie Holiday…En 2001, Mathilde participe à une comédie musicale “Mulatresse solitude” en tant qu’actrice principale et compositrice. On y trouve une première version de “Ti son péyi” et”on ti bigin pou Ignas et Delgrès”. Après un franc succès, M.A.J fait  son premier single en 2006 qui porte ce titre.Elle chante ensuite avec le groupe “Soft” Un an plus tard, elle reçoit  le prix Sacem “Meilleure Biguine”, l’album “Mon Paradis”voit le jour la même année, accompagné de 2 clips mettant en avant la beauté et le charme de la Guadeloupe.  Elle se produit sur les plus prestigieuses scènes Antillaises: Ilo Jazz, Gwadloup’festival, Terre de Blues où elle se produit sur la même scène que Johnny Clegg.en 2017 à Marie Galante et sur quelques scènes nationales: Festival des Droits et des Musiques du monde de l’Hay-les-Roses, Festival des Outremers à Paris, New Morning… , ce qui lui donne l’idée d’ un album entièrement enregistré en live  portant sur la biguine, mais aussi des styles représentatifs (zouk, ballades, soul…). Elle a fait partie des lauréats du concours “neuf semaines et demi” 2017.M.A.J.  est la seule artiste, auteure, compositrice et interprète de biguine moderne actuellement. On peut l’inclure dans la lignée de Mayra Andrade ou Cesaria Evora par ses mélodies riches et envoûtantes et ses compositions identitaires rattachées à ses racines. Elle a su redonner des lettres de noblesse à la biguine et sa voix suit le rythme du piano bien qu’elle ait pu accorder sa voix à des sons plus actuels. Son style attire tous le public et les petites filles rêvent de devenir comme elle, chanter comme elle, s’habiller comme elle, véritable icône de la beauté grâce à sa coiffure et son maquillage, mais aussi de l’élégance dans ses jolies robes pailletées lorsqu’elle est sur scène.Côté vie privée, Mathilde est mariée à Nossa Jacobson, chanteur, auteur et compositeur  de stylesPop Caribéenne, Zouk, Reggae Ils ont 3 fils dont l’aîné, Randy accompagne sa mère sur scène. Artiste engagée, Mathilde n’hésite pas à transcrire ce qu’elle ressent mais toujours sans amertume. En 2009, elle a été contactée par une association pour devenir la marraine de la journée mondiale contre la drépanocytose, une maladie encore peu connue pour laquelle elle s’est engagée depuis.C’est donc avec impatience que nous attendons de la retrouver sur scène le jour de l’inauguration du salon des gastronomies outre-mer qui a cette année la Louisiane en invitée d’honneur. […]

Lire la suite

75 nouvelles étoiles au guide Michelin

Lundi 21 janvier, le Guide Michelin a dévoilé le nom des nouvelles étoiles lors d’une cérémonie Salle Gaveau présentée par Audrey Pulvar.Cette année, le guide a réservé des surprises suite à la nouvelle politique portée par le nouveau directeur monde des guides gastronomiques Michelin, Gwendal Poullenec  et une sélection basée sur la diversité, dans les styles de cuisine, les profils des chefs : les 3 étoiles sont attribuées pour un an et ne sont pas à vie. Pour l’édition 2019, seulement 2 nouveaux établissements (” Le Clos des sens “de Laurent Petit à Annecy/Bussières-lès-Belmont ( 74) et “le Mirazur” de l’italo-argentin Mauro Colagreco à Menton (06) ) ont accédé au prestigieux carré des 3 étoiles au nombre de  27  réparties dans 17 régions, dont 9 à Paris. La sélection a récompensé 75 tables (2 étoiles:5 dont 2 à Paris et 1 étoile:68 dont 1 à Monte-Carlo et 18 à Paris) mais  plusieurs établissements ont été rétrogradés dont” l’Auberge de l’Ill “à Illaeusern, de la famille Haeberlin; “La Maison des Bois” de Marc Veyrat à Manigod; “l’Astrande” de Pascal Barbot qui perdent leur troisième étoile. De son côté, Alain Dutournier du “Carré des Feuillants” à Paris perd sa seconde étoile tout comme David Bizet au Taillevent à Paris 8e ; Guy Lassausaie à Chasselay ; Alain Montigny à L’Oasis à Mandelieu-la-Napoule ; Nicolas Decherchi à La Paloma à Mougins ; Thierry Drapeau à La Chabotterie à Saint-Sulpice-sur-Verdon et “Le lion d’or” à Romorantin qui perd sa seule étoile.Plusieurs critères vérifiés par les inspecteurs du guide de façon anonyme sont nécessaire pour obtenir une étoile (choix des produits, maîtrise des cuissons et des saveurs, personnalité de la cuisine, constance (régularité) et rapport qualité-prix), les restaurants sont visités plusieurs fois par an. Lorsqu’une étoile est attribuée, elle permet une reconnaissance internationale et une augmentation d’au moins 30% du chiffre d’affaire. Il y a 1273 étoiles dans le monde.Pour l’édition 2019, de nouveaux prix ont été créés :

  • Sommellerie ( Le Prix Michelin du Sommelier a été attribué à Albert Malongo Ngimbi, sommelier en chef du restaurant étoilé la Table Saint Crescent).
  • Personnel de salle pour montrer l’importance de la salle (Le Prix Michelin de l’accueil et du service a été attribué à Sarah Benahmed, au Crocodile à Strasbourg).
  • Gastronomie durable qui récompense la cuisine éthique et responsable ( Le Prix Michelin de la gastronomie durable  a été décerné à Christopher Coutanceau, cuisinier-pêcheur à La Rochelle,pour son restaurant éponyme).

Les pâtissiers dont 30 d’entre eux  excellent dans des restaurants 2 et 3 étoiles, ont été  mis à l’honneur. Parmi eux un jeune alsacien, le plus jeune à être distingué dans cette promotion ­ : Jessy Rhinn-Auvray, 19 ans, qui travaille depuis deux ans à la Fourchette des Ducs à Obernai, aux côtés du chef Nicolas Stamm. […]

Lire la suite

Prix Antonin Carême ou comment réunir Gastronomie et Littérature

Mercredi 12 octobre, “La table du Luxembourg”, écrin de fraîcheur et de gastronomie situé au coeur du Jardin du Luxembourg

Lire la suite

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252