Bilan et impacts des Gay Games Paris 2018

La conférence de presse concernant le bilan des Gay Games Paris 2018 s’est tenue vendredi 11 janvier  à l’Hôtel de Ville de Paris en présence de la nouvelle ministre des sports, Roxana Maracineanu, du délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, Frédéric Potier, des adjoints de la Maire Hélène Bidard et Jean-François Martins ainsi que les 2 co-présidents Pascale Reinteau et Manuel Picaud.

Gay Games Paris 2018, plus grand événement sportif du monde ouvert à tous s’est déroulé du 4 au 12 août 2018; cette 10 ème édition  fut l’occasion de réunir 12 700 participants venant de 91 pays dans 36 sports sur 67 sites.  avec l’aide de 3 000 bénévoles. Durant cette manifestation qui a rassemblé 75 000 spectateurs dont 30  000 visiteurs ayant chacun dépensé en moyenne 2 000€, 14 événements culturels ont été proposés, générant une audience d’1 milliard de personnes dans le monde . Afin d’assurer le bon déroulement,765 agents de police, 1162 agents de sécurité et 301 secouristes ont assuré la sûreté des lieux grâce à 8% du budget soit 600 000€.

Par ailleurs, le  budget de seulement 4,8 millions d’euros pour une gestion entre 2012 et 2018 n’ a  pas été dépassé et a rapporté plus de 100 millions dont 66 millions d’impact économique direct et 41,6 millions liés à l’emploi avec la création de 1429 ETP (équivalent temps plein); les pouvoirs publics ont contribué à 29% du budget, soit 1,38 million d’euros provenant de 7 institutions publiques, les donateurs et sponsors privés à 21%, les spectateurs à 10% et les participants 41% soit 2 millions d’euros par le biais des dons et inscriptions des participants, les collectes privées et les 80 partenaires ont totalisé 1,21 millions. A l’heure du bilan, le résultat laisse apparaître un excédent de 100 000€  dans le financement des Gay Games, qui sera reversé à la Fondation Inclusion Paris 2018 créée en 2015, déjà dotée d’un fonds de 185 000€. Cette fondation reconnue d’utilité publique est sous l’égide de la fondation FACE qui agit contre l’exclusion;

 Organisés tous les quatre ans depuis 36 ans, sous l’impulsion de Tom Wadell dont le rêve était un monde où le mot égalité prendrait tout son sens, où l’exclusion n’existerait plus en raison d’une quelconque différence, les Gay Games sont ouverts à tous et prônent la diversité,  le respect, l’égalité, la solidarité et le partage. Pour ce 10ème opus, les plus hautes instances institutionnelles et sportives françaises dont la Ville de Paris et la région Ile de France ont participé à cette grande aventure et ont permis la mise en valeur de certains hauts lieux parisiens, comme le Stade Jean Bouin où s’est délivré entre autres la cérémonie d’ouverture en présence la Maire de Paris, Anne Hidalgo, de la ministre des Sports de l’époque Laura Flessel, du délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, Frédéric Potier, Hélène Bidard et Jean-François Martins, adjoints de la Maire de Paris en charge des discriminations,  des sports et du tourisme. D’autres lieux culturels et sportifs étaient ouverts au public durant les Gay Games, on citera le Stade Charléty, le Grand Palais, la cité de la Mode et du Design, le Casino de Paris ou encore la base nautique de Vaires-sur-Marne, véritable pôle d’excellence sportive de la région Ile-de-France mais aussi le Village des Gay Games installé parvis de l’Hôtel de Ville durant cette semaine festive où touristes, Parisiens et sportifs pouvaient assister chaque soir à un spectacle.

Suite aux débats et conférences organisées du 1er au 4 août dans les salons de l’Hôtel de Ville, il a été décidé que “Paris 2018”  inspirerait “un appel pour le sport plus inclusif” composé de 18 propositions, selon 14 des 15 engagements éco-responsables du ministère des sports et WWF  parmi lesquels la formation au recyclage, à l’alimentation responsable, à l’économie de l’eau et de l’électricité,  500 bourses accordées aux plus démuni.e.s dont 70 refugié.e.s et 130 étrangère.er.s, plus de 80% d’usage des transports en commun par les participants grâce à la distribution d’un pass transports à tous les participants non franciliens, 200 repas distribués aux réfugiés au travers l’association Utopia 56,  matériels sportifs recyclés par les associations sportives ou la recyclerie sportive, 70% des déchets du village triés et recyclés….

Dans la continuité du programme des Gay Games inclus dans la DILCRAH qui lutte contre la haine envers les personnes LGBT, les 18 recommandations de Paris 2018 pour un sport plus inclusif pourront être léguées à Paris 2024. L’héritage des Gay Games c’est: le sport, outil de lutte contre les discriminations; le sport, source de bien-être et de santé; le sport, levier d’accessibilité et d’égalité. Voici donc ces 18 propositions:

.Proposition 1 : Appuyer la dépénalisation universelle de l’homosexualité

. Propositions 2 : Valoriser les actions des associations sportives LGBTi+.

. Proposition 3 : Élaborer un programme de sensibilisation, de prévention et de sanction des entraîneurs, dirigeants, supporters et pratiquants coupables de propos ou d’actes homophobes.

.Proposition 4 : Intégrer un référent LGBTi+ au sein des instances sportives nationales et internationales.

.Proposition 5 : Ouvrir les compétitions sportives nationales et internationales, amateures ou professionnelles, aux couples de même sexe (patinage, danse sportive…).

.Proposition 6 : Promouvoir l’activité physique ou sportive tout au long de la vie et en tous lieux.

.Proposition 7 : Renforcer la culture sportive des jeunes en faisant, des écoles jusqu’aux universités, des lieux de vie actifs où l’éducation physique et sportive est valorisée.

.Proposition 8 : Faciliter le recours à l’activité physique dans le cadre d’un parcours de santé 

.Proposition 9 : Encourager les fédérations sportives à proposer des licences sport-santé ou sport loisir à des tarifs préférentiels

. Proposition 10 : Soutenir le déploiement du « sport sur ordonnance » et améliorer la formation et l’information des médecins traitants

. Proposition 11 : Instaurer un rendez-vous annuel pour fêter le sport et ses valeurs à travers le monde.

. Proposition 12 : Adopter une approche globale responsable en matière de prévention des substances dopantes et récréatives.

. Proposition 13 : Intensifier la mise en accessibilité des infrastructures et des services sportifs et encourager le sport partagé.

. Proposition 14 : Visibiliser les personnes en situation de handicap et imposer une couverture médiatique des grandes compétitions handisport

.Proposition 15 : Encourager le développement d’une offre de pratique à destination des séniors, en centrant l’activité sur le bénéficiaire.

. Proposition 16 : Lutter contre les stéréotypes dès l’enfance et encourager les jeunes filles et jeunes garçons à pratiquer tous les sports.

. Proposition 17 : Décliner les mesures favorisant la parité dans les instances dirigeantes.

. Proposition 18 : Permettre aux personnes trans* de décider seules du genre de compétition ou de pratique et encourager les rencontres mixtes sans référence aux genres des personnes.

En résumé, la 10ème édition des Gay Games fut un moment festif et convivial et inclusif alliant le sport, la santé,  l’accessibilité et l’égalité. Au total, 20 000 médailles ont été distribuées. Il faut surtout rendre hommage aux 3 000 bénévoles qui ont permis de rendre ces moments inoubliables. Remercions tous les acteurs de cet opus pour leur efficacité et la réussite de l’événement .Rendez-vous maintenant en 2022 à Hong Kong pour la 11ème édition qui réserve encore de belles surprises.

 

 

Releated

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252