La relaxation immersive, la nouvelle pause détente des entreprises

À toutes les sociétés désireuses de contribuer au bien-être de ses collaborateurs, cette information est pour vous. Accordez-leur une pause différente de celle du café. Pour une efficacité et une rentabilité toujours meilleure, permettez-leur d’échapper le temps d’un instant à leurs dossiers et responsabilités grâce à l’animation en réalité virtuelle. Mais quésaco ? Leur nouvelle coupure réparatrice. En position semi-allongée, casque audio aux oreilles et lunettes 3D sur le nez, ils lâcheront prise pendant 5 à 10 minutes. Réalisable en entreprises, mais tout aussi bien lors de conférences, afterworks, cocktails, galas, salons, congrès…cette expérience originale proposée par Beauty Place, spécialiste de l’animation beauté et bien-être éphémère, séduira et fera des adeptes. La détente a désormais un nom : la relaxation immersive. Plus d’informations sur www.beautyplace.fr […]

Lire la suite

Une carrière de second plan

Leur talent est tout aussi étendu que celui des grands acteurs. D’ailleurs sans eux, que seraient-ils ? Les seconds rôles sont importants. Ils donnent la réplique aux premiers, les portent et les mettent dans la lumière. Oui, mais voilà. Malgré une riche carrière, que ce soit au cinéma, à la télévision ou au théâtre, il s’avère à regret, que leurs visages soient plus connus que leurs noms. Le plus souvent on les reconnait sans savoir qui ils sont. Le cinéma français regorge de ces acteurs de second plan. Des « inconnus » portant célèbres. De Noël Roquevert à Daniel Prévost en passant par Louis de Funes, Michel Galabru, Robert Dalban, Julien Guiomar et Claude Gensac, Ludovic Berthillot a souhaité les mettre à l’honneur. Qui mieux que lui pouvait le faire, appartenant lui-même à cette famille de l’ombre ? Tantôt flic, tueur, braqueur, tantôt avocat, rugbyman … avec pas moins de 200 films et une dizaine de pièces de théâtre à son actif, sa légitimité n’est pas à prouver. C’est avec respect et tendresse que celui qui a décroché trois prix d’interprétation pour son rôle dans « Au battement du parloir » de Pascal Marc, évoque ses aînés et parle avec ironie de l’univers de ce milieu. Chez lui, point de convoitise ou de rancœur. Être second rôle est comme une vocation. Fier de cette place acquise pour laquelle il éprouve de l’appétence depuis vingt années, il se raconte. Tel un moment de partage entre amis, il évoque à travers des anecdotes, son premier film avec Jean-Luc Godard après dix ans d’animation au Club Med et une carrière de magicien à Las Vegas. Il explique la réalité de son métier avec ses labeurs comme la course effrénée aux cachets et aux fameuses 507 heures à faire pour pérenniser le statut d’intermittent, la dureté des castings, le stress des auditions, les mauvais plans la quête de reconnaissance lors de célébrations et festivals, les mondanités pour se montrer… Sarcastique ? Non pas. Son spectacle étant une tribune au 7ème Art, une ode passionnée, une déclamation, mieux … une déclaration. Alors silence, ça tourne !« Second rôle, dans l’ombre des grands », un seul en scène original traduisant le vécu des seconds rôles, coécrit très finement, avec subtilité et poésie par Pierre Delavène et Jean-Philippe Zappa, interprété avec modestie par Ludovic Berthillot, mis en scène par Gérard Moulévrier avec des images d’archive – Théâtre de Dix Heures (Paris XVIIIème) tous les mardis à 20h et tous les dimanches à 17h00 – Réservations : 01 46 06 10 17 – reservations@theatrededixheures.fr […]

Lire la suite

Shy’m se mue

On la connait danseuse et animatrice. On l’apprécie femme provoquante dans des tenues sulfureuses, parfois dessiner par ses soins. Mais, là où Shy’m se sent le plus en accord avec elle-même c’est en tant que chanteuse. Six albums studios, un best of, plus d’un million de disques vendus … des chiffres qui pourraient lui donner le vertige. Et non, même pas peur. Bien au contraire. Ils la boostent davantage.Après « La Go » sorti en fin d’année elle nous présente son nouveau titre très urbain. « Probablement un des plus beaux morceaux qu’on m’ait offerts », commentait-elle sur son compte Instagram.« Absolem » ne sera pas sans surprendre, tant par son univers, son texte que sa musicalité. Ici, exit la performeuse. Dans cet extrait de son nouvel opus à venir « Agacé », la femme de couleur joue la carte de la transparence. Entre ombre et lumière, elle tombe le masque.  « Je suis fatiguée mais je n’ai pas sommeil ». Comme un appel au secours, Tamara, l’écorchée en détresse, lève le voile sur son mal-être.  Elle livre à cœur ouvert ses « maux » par les mots des rappeurs Youssoupha et Kemmler. Miroirs de sa colère, de ses angoisses, de ses doutes, de ses peurs, de ses blessures, de ses ruptures, de sa solitude, des ses excès, de son succès, de sa générosité, de sa célébrité, de son anorexie, de son envie de maternité … tous deux pointent en contrasté des thèmes personnels dans ce morceau de 9 minutes au nom évocateur ; Absolem étant celui donné à la chenille d’« Alice au Pays des Merveilles » dans la version réalisée par Tim Burton. Par cette larve est symbolisée la mue de la femme fragile vers l’artiste de R’nB’. Sur fond de battements de cœur, l’espoir est là qui lui tend les bras comme celui d’une tourne dès le 7 juin prochain.https://www.youtube.com/watch?v=FQv-w5u-LwY […]

Lire la suite

Polnareff se met en boite

À tous les fans et inconditionnels de Michel Polnareff, la Polnabox vient de sortir ! Après le Polnabook en 2013 et la Polnaexpo en 2015, voici une édition collector. Cet objet d’art haut de gamme, réalisé de façon artisanale à la main en bois laqué avec charnières en plaqué or, est à l’effigie de Polnarevolution ; l’affiche des concerts donnés par l’idole à l’Olympia en octobre 1972.Seuls les 50 plus rapides pourront profités de ces coffrets numérotés (34 cm X 23 cm X 13,5 cm) aux quatre possibilités de versions. Que ce soit sous la forme d’un coffret à CD, d’une boite à montres, d’une boite à bijoux ou d’une cave à cigares, ils seront tous édités en série limitée, avec le numéro et le nom de l’acquéreur gravés à l’intérieur via une plaque scellée et seront tous délivrés avec un certificat d’authenticité original signé par l’Amiral himsel. Un bémol par contre. L’unique a un prix. Pour ce cadeau de prestige, il faudra débourser la coquette somme de 1972 euros. Ne serait-on pas prêt à « tout tout pour sa chérie » ? Possibilité d’un paiement échelonné en 4 fois (1e versement 472 euros, puis 3 versements à 500 euros) incluant les frais de port pour l’Europe. Pour l’international, consultez  http://polnabox.com/BDC.pdf […]

Lire la suite

Éloge théâtrale

 « Il était une fois trois comédiennes …superbes … » qui avaient décidé de revisiter, à leur façon, l’histoire du vaudeville. Ici, point de Charly, quoi que… Seules trois drôles de dames très déjantées qui nous embarquent dans une épopée théâtrale. Répliques à la Feydeau, tirades de la tragédie, quiproquos et rebondissements du boulevard, sont retracés versus folle cacophonie. Les trois « desperate actors » tiennent audience. Reconnaissance des artistes, inégalités, dilemme entre théâtre privé et subventionné… un plaidoyer fantaisiste dans un joyeux désordre au nom d’une seule défense : celle de la passion de jouer.« Dommages » un spectacle décalé et abracadabrant en hommage au théâtre, notamment de vaudeville de et avec Céline Groussard, Élodie Poux, Julie Villers, également écrit et mis en scène au cordeau par Michel Frenna – L’Apollo théâtre (Paris XIème) tous les mardis à 20h30.Teaser : https://vimeo.com/256966052 […]

Lire la suite

À livres ouverts

C’est une première ! 103 événements en 5 lieux. Il fallait au moins une manifestation de cette ampleur pour fêter les livres. C’est en tout cas l’ambition de « L’Autre Festival ». Dans quel objectif ? Pour sa directrice Guilaine Dileva, celui de « réintégrer l’écriture et la lecture dans la société actuelle ». Un challenge de poids qui sera dédié au partage, à l’écoute et à la rencontre.Installée dans la cité des papes, ville de culture par excellence, cette première édition, organisée par l’association « Avignon destination cuture » et parrainée par Gérard Gélas, directeur du théâtre du Chêne Noir à Avignon, se veut pédagogique, culturelle et sociale. Aux côtés de l’invité d’honneur Patrick Poivre d’Arvor, auteurs, romanciers, biographes, comédiens, journalistes, maisons d’éditions, soit un total de 163 participants, tous des gens de plume, seront au rendez-vous de ces quatre jours pour parler comme un livre… Ateliers d’écriture et de lectures, conférences, débats, rencontres et échanges, dédicaces, représentations théâtrales… un programme riche et varié au cœur même de la cité avignonnaise, dans 5 lieux emblématiques qui vont s’articuler autour de trois pôles : la Jeunesse, le roman et la biographie ainsi que le théâtre. Alors, soyez à la page et venez prendre la plume…« L’autre festival, qui ouvre les livres », premier festival littéraire à Avignon – Du 14 au 17 février – Palais des papes, Théâtre du Chêne noir, Mercure Pont d’Avignon, Novotel Avignon centre et Mercure palais des papes – Entrée libre – Réservations : www.lautre-festival.fr […]

Lire la suite

Prêt … à tout pour une demande de crédit !

Demander un crédit à sa banque est un acte courant. Mais dans les faits, il n’est pas si simple à obtenir. C’est le cas d’Antoine Gallard. À sa grande déconvenue, le conseiller chargé de clientèle qu’il rencontre, refuse de lui octroyer le prêt qu’il sollicite, invoquant que les garanties financières présentées étaient trop insuffisantes et par voie de fait, les risques trop importants. Ne se laissant pas vaincu, Antoine Gallard persiste en arguments et en explications pour que sa demande soit reconsidérée, mais en vain. Le banquier reste impartial et ne veut pas faire d’exception. Quelle option pour Antoine Gallard qui a réellement besoin de cet argent ?  Désespéré, il tente le tout pour le tout par une tentative de chantage ! Il affirme au conseiller que s’il ne lui accorde pas son crédit, il séduira et « baisera » son épouse. La machine infernale de l’imbroglio se met en marche. Inquiétude, doutes, malentendus sur fond d’esbrouffe stratégique sont au cœur d’un revirement de situation Le pouvoir passe entre les mains du client, au grand dam du banquier qui perd pied. Mais alors, qui sera le dernier espoir de l’autre ?« Crédit », une comédie rebondissante et hilarante très actuelle de Jordi Galceran , une leçon de vie sur les injustices avec en filigrane, le miroir de la crise financière, mise en scène par Eric Civanyan, et portée par deux talentueux comédiens que sont Daniel Russo et Didier Bénureau   – Théâtre de la Gaité Montparnasse (Paris XIVème) à 21h – Réservations : 01.43.22.16.18 […]

Lire la suite

Bernard Mabille : une insolence taillée sur-mesure

Il sait manier le verbe comme personne. À Soixante-dix ans, Bernard Mabille l’a une fois de plus prouver sur la scène de l’Olympia en cette représentation exceptionnelle du 12 janvier. Devant une salle comble de 2000 personnes (dont Jacques Pradel, le chef étoilé Christian Constant et le chroniqueur gastronomique Jean-Luc Petitrenaud), le fin snipper a offert un festival de jeux de mots tout en subtilité, comme il sait le faire depuis trente ans. Celui qui fut l’auteur de Thierry Le Luron, revisite l’actualité sans langue de bois aucune. Et pourquoi le ferait-il ? Mais ne vous méprenez pas. L’ancien journaliste « Peut-être gras, mais jamais lourd » (ndlr : en référence au titre de son livre aux éditions Michel Lafon). L’insolence du chroniquer des « Grosses Têtes » sur RTL et de « La revue de presse » sur Paris Première n’a pour limites que celle qu’il se fixe. Pour autant, pas question de dire du mal. Non. Lui, s’amuse à tailler des costards. Et ce côté irrévérencieux cousu-main, lui va si bien. Le couple présidentiel, les gilets jaunes, le gouvernement, Yann Moix, les couguars, les jeunes, les chasseurs, François Hollande, le Pape, les pédophiles, la burka, le dopage, les retraités, Alexandre Benalla, ceux qui mangent bio, la SNCF, les naturistes, Booba … tout le monde en prend pour son grade. Personne n’est épargné. Merci aux politiques, aux peoples et à l’information. Leurs dérapages viennent nourrir par le rire la réflexion effrontée et d’une grande justesse de l’humoriste. Et nous, on adore et on en redemande.« 30 ans d’insolence ! », le tout nouveau seul en scène de et par Bernard Mabille –Mise en lumière par Emanuel Cordier – Musique de Florent Mabille – Direction artistique par Pascal Mabille. En tournée dans toute la France, en Suisse et en Belgique – Dates et réservations sur www.bernard-mabille.com  […]

Lire la suite

La Goulue, la reine de tous les cancans

Le 29 janvier prochain, cela fera 90 ans que l’une des grandes figures de Paris, nous a quittés. La Goulue. Comment ne pas avoir entendu parler de cette danseuse emblématique du Moulin Rouge qui a tant défrayé la chronique à l’époque ?Alors que l’établissement célèbre en cette nouvelle année ses 130 bougies, la journaliste littéraire Maryline Martin rend hommage à la reine du cancan dans une biographie dressant le portrait d’une femme en soif de vivre. Derrière la charmeuse fantasque, la cocotte demi-mondaine devenue muse des grands peintres de l’époque (Toulouse Lautrec, Auguste Renoir) et icône des nuits parisiennes, il y a Louise Weber, une blanchisseuse devenue une femme libre. Ses limites sont celles qu’elle se donne, à savoir aucune. Elle se permet tout et avec tout le monde. Pour l’auteure, « C’est une tentatrice, une ingénue perverse dénouée de toute intelligence, mais c’est une femme attachante, terriblement humaine ». La Goulue s’est évertuée à bousculer les codes d’une société machiste quant à la place de la femme. C’est justement ce que met en avant Maryline Martin. Dans son ouvrage, ce n’est pas seulement le portrait tendre et intimiste d’une femme qu’elle fait, mais c’est ceux des femmes de toute une époque.La gouaille de Goulue aura cependant eu raison d’elle. Alors qu’elle est aux firmaments de sa richesse et de sa célébrité, la danseuse adulée, est déchue. Exit la gloire. Après s’être essayée en dompteuse de fauve, puis en comédienne, c’est le déclin. Elle sombre dans l’alcool. Une crise d’apoplexie emportera à 62 ans celle dont le nom ne cessera de résonner boulevard de Clichy et en haut de la Butte Montmartre. Cette date anniversaire rappelle l’importance que la Goulue a eu dans le succès et la notoriété du célèbre cabaret. L’esprit de l’excentrique danseuse y plane toujours.  Elle en est sa mémoire et son patrimoine.« La Goulue, reine du Moulin Rouge », par Maryline Martin, aux éditions du Rocher – 17,90 euros […]

Lire la suite

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252