ASIE: Au revoir 2017, bienvenue 2018

GABRIEL MIHAI

L’avenir se lève à l’Est: les îles du Pacifique, la Nouvelle-Zélande puis l’Australie ont donné dimanche le coup d’envoi du marathon planétaire des festivités du Nouvel An.

L’Asie a suivi, et alors que la nuit commençait à tomber sur l’Europe, celle-ci s’apprêtait à son tour à fêter l’entrée en 2018.

SYDNEY a été à 14H00 la première mégapole à entrer dans 2018, avec 1,5 million de personnes venues sur les bords de son emblématique baie par une belle soirée d’été, pour assister au traditionnel feu d’artifice.

La fête s’est ensuite déplacée vers l’Asie, avec, à Hong Kong, un impressionnant spectacle de 10 minutes, marqué avant même les 12 coups de minuit par des apparitions d’«étoiles filantes» tirées depuis les gratte-ciel surplombant Victoria Harbour.

A Jakarta, un demi-millier de couples devaient se dire «oui» dans un gigantesque mariage collectif organisé par le gouvernement.

Et Dubaï a remplacé son traditionnel feu d’artifice par un spectacle laser sur Burj Khalifa, la tour la plus haute du monde (828 mètres).

Les principaux boulevards et places de MOSCOU ont été décorés pour saluer 2018 et un feu d’artifice illuminera 36 bâtiments de la capitale russe.

A PARIS, des centaines de milliers de personnes sont attendues sur les Champs-Elysees pour un spectacle son et lumières sur l’Arc de Triomphe suivi d’un feu d’artifice.

Les 139.400 membres des forces de sécurité et de secours sont mobilisés partout en France pour ces célébrations qui ont lieu dans un « contexte de menace terroriste toujours élevée », selon les autorités.

En Allemagne, pour la première fois cette année, les organisateurs de la grande fête de la Saint-Sylvestre à la porte de Brandebourg à BERLIN ont prévu, dans des tentes médicales de la Croix-Rouge, des emplacements spécifiques pour la prise en charge de femmes victimes de harcèlement sexuel ou se sentant menacées.

Il y a deux ans à Cologne (ouest de l’Allemagne) de nombreuses femmes avaient été victimes d’agressions sexuelles, attribuées à des groupes migrants, qui avaient scandalisé le pays.

En Roumanie, à Vatra Dornei (nord), des danseurs viennent participer à un festival traditionnel, vêtus de peaux d’ours.

Sécurité encore en Turquie, qui demeure hantée par le souvenir du tragique Nouvel An 2017, quand un homme armé d’un fusil d’assaut avait fait irruption dans la plus célèbre discothèque d’Istanbul, le Reina, tuant 39 personnes et en blessant 79.

Les autorités turques ont d’ailleurs interdit par mesure de sécurité les rassemblements sur l’emblématique place Taksim d’Istanbul et dans d’autres quartiers animés.

La présence policière sera aussi renforcée à New York pour les traditionnelles célébrations du Nouvel An de Times Square, haut lieu touristique près duquel un attentat a été commis il y a trois semaines.

Deux millions de personnes sont tout de même attendues dimanche dans le célèbre quartier, par une température glaciale inhabituelle de -10°C.

Plus au sud, au Brésil, c’est sur la plage de Copacabana que la mairie espère un public record de trois millions de personnes, la plupart habillées tout en blanc, comme le veut la tradition.

© Copyright IMPACT EUROPEAN / WPA 2017. Tous droits réservés.

 

Laisser un commentaire