Amour éternel

« Au revoir mon petit Bruno, je t’aime ». Tels sont les derniers mots que le garçon de six ans entendra de sa mère avant qu’elle ne soit emportée par un cancer un 3 janvier à l’âge de 33 ans. Ses mots n’ont de cesse de l’accompagner, aujourd’hui plus que jamais. Alors qu’il vient de perdre celle qui était « son nid », le garçonnet catalan est privé de pouvoir lui dire au revoir. Six ans, c’est trop petit pour aller à un enterrement. Il comprend sans comprendre la tragédie qui se produit, qu’après qu’elle soit partie. On lui « a fait rater sa mort ». « Tu me manques à crever, maman. Jusqu’à quand vas-tu mourir ? » Du haut de ses six ans, le petit Bruno cherche ses repères. Alors, comme un fil d’Ariane, pour ne pas perdre cette maman institutrice qui était son modèle, pour que son amour pour elle ne s’évapore pas, il s’adresse à elle sous la forme d’une lettre ouverte, d’un journal intime où il y cèle ses souvenirs. À travers ses yeux d’enfant, il lui parle, lui raconte son quotidien, son meilleur ami, lui livre ses blessures, son chagrin, ses premiers émois. À 6 ans, on peut tout dire et puis, « on a toute une vie à vivre. On ne va pas mourir ». Sa quête d’un amour disparu va le mener à comprendre que sa mère n’est plus, qu’elle « n’existe plus, qu’elle a tout emporté, tout l’amour dont il avait tant besoin pour cette vie » ; vie qu’il lui faut vivre sans elle.

« Seuls les enfants savent aimer » un premier roman autobiographique bouleversant, un livre intimiste empli d’émotion et de retenue tant il est pur, un hymne à une mère trop vite et trop tôt disparue. Mais quid de l’auteur ? Cali, on le connaît chanteur compositeur et auteur depuis sept albums. On le découvre aujourd’hui écrivain. Que ce soit par la voix ou par les mots couchés sur le papier, l’Artiste garde toute sa modestie et sa pudeur. Sa douce poésie a trouvé un nouvel écho par le biais de la littérature. Ses chansons ne sont donc plus les seules à le raconter et à crier son besoin d’amour. La plume lui a permis de dévoiler autrement sa fragilité et de parler des fêlures de sa propre enfance. Et nous, c’est tout ça que l’on avait envie de vous faire découvrir, tant ce tout nous a touché -Éditions le Cherche Midi – 18 euros.