Accord de principe entre Paris et Los Angeles pour les jeux de 2024 et 2028

Véronique YANG

Anne Hidalgo, maire de Paris et Eric Garcetti, maire de Los Angeles ont signé l’accord de coopération renforçant les liens entre les deux villes d’ici 2024 et 2028.

Pour la première fois cette année, le comité international olympique a attribué à Lausanne en Suisse simultanément les jeux de 2024 et 2028. La condition devait entraîner un accord entre les deux villes ratifié à Lima le 13 septembre et prolongé par la signature le 23 octobre à Paris d’un mémorendum de coopération intitulé « jumelage olympique ». La solidarité, l’innovation et la lutte du dérèglement climatique sont au coeur de ces accords, tout ce qui peut améliorer la vie des habitants de ces villes doit être fait. Le mémorendum  est signé sous le patronage de Thomas Bach, président du CIO en marge du sommet du C40 sur la lutte contre la pollution de l’air. Paris et Los Angeles travaillent ensemble pour montrer au reste du monde la durabilité et agir contre le dérèglement climatique. La création d’emplois, l’amélioration de la santé publique permettront de dopper l’économie des deux  villes. Il renforce des liens privilégiés déjà existants et se compose de 4 articles s’appuyant sur (1) le développement durable, (2) l’inclusion, (3) l’innovation et les technologies. (4) la création d’un Comité de Jumelage responsable du suivi et de la mise en oeuvre de ce memorandum.

A l’instar de Londres et Rio dont l’impact sur l’environnement fut prépondérant, et en suivant l’exemple de Tokyo pour 2020, Paris et Los Angeles décident  de proposer des jeux plus écologiques en utilisant des moyens de transport en commun plus écologiques à zéro émission de carbone. il en sera de même au sein du village olympique.

À Paris, le centre aquatique sera le seul nouveau site bâti à partir de matériaux durables et à faible empreinte carbone. Tous les spectateurs se rendront aux différents sites en transports en commun ou collectifs, dont des véhicules autonomes. La réhabilitation de la Seine et de ses canaux laissera un héritage durable, avec notamment la possibilité d’y nager.

A Los Angeles, grâce à des milliards de dollars investis, un réseau de transports publics durables sera construit avec pour la première fois des jeux producteurs d’énergie. Il n’y a pas de compétition mais une collaboration entre les deux villes.

Le réseau du C40 avec l’accord de Paris démontre que d’ici 2020, toutes les villes qui lui appartiennent auront fait des progrès considérables dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’approvisionnement énergétique à partir de sources renouvelables. A l’occasion de ce sommet, douze villes-monde s’engagent à une sortie des véhicules thermiques à l’horizon 2030 c’est à dire un objectif « zéro émission » en abandonnant l’utilisation des véhicules à combustion fossile. Pour ce faire, des alternatives seront proposées aux personnes et aux entreprises comme les transports en commun, le cyclisme, la marche ou le covoiturage de véhicules non polluants.

Les villes signataires sont Auckland, Barcelone, le Cap, Copenhague, Londres, Los Angeles, Mexico, Milan, Paris, Quito, Seattle et Vancouver, soit près de 30 millions d’habitants.Très prochainement, le nombre va s’accroître grâce à l’exemple donné par Tokyo engagé dans cette démarche depuis 1990. Ces villes se sont engagées à tout mettre en oeuvre pour devenir des villes vertes grâce à l’adoption de transports à émission « zéro ». la collaboration avec des fournisseurs, des opérateurs de parcs automobiles…

Les jeux de Paris et Los Angeles seront les plus écologiques de l’époque contemporaine.

 

PHOTO ET VIDÉO: IMPACT EUROPEAN / WPA – GABRIEL MIHAI

Laisser un commentaire