14 Juillet: les blessés de guerre honorés et neuf pays participant aux côtés de la France à l’Initiative européenne d’intervention

Le traditionnel défilé du 14 juillet a été cette année placé sous le signe de la coopération européenne, un des grands chevaux de bataille d’Emmanuel Macron. Le chef d’État a présidé les festivités en présence de plusieurs dirigeants européens, dont Angela Merkel et Theresa May. 

 

Les neuf pays participant aux côtés de la France à l’Initiative européenne d’intervention (IEI), née il y a un an sous l’impulsion du président Macron, avec pour objectif de développer une “culture stratégique partagée”, sont représentés au sein du défilé qui s’ouvrira sur leurs emblèmes.

4.300 militaires, 196 véhicules, 237 chevaux, 69 avions, 39 hélicoptères… Comme chaque année, c’est un ballet parfaitement chorégraphié qui défile sur l’avenue des Champs-Élysées. La coopération militaire européenne, chère au président Emmanuel Macron, est l’un des thèmes centraux de l’édition 2019, conclue par un hommage aux blessés de guerre.

Le chef de l’État a démarré sa revue des troupes en partant de la place de l’Étoile vers 10 heures, pour descendre l’avenue des Champs-Élysées et saluer la foule rassemblée sur les côtés de la célèbre avenue. Une partie du public l’a sifflé , ” certains des participants ont déclaré que certains d’entre eux faisaient partie des gilets jaunes” .

Peu après 10 heures, après le passage inaugural des troupes par Emmanuel Macron, le traditionnel défilé a été ouvert par des militaires venus d’Allemagne, de Belgique, du Danemark, d’Espagne, d’Estonie, de Finlande, des Pays-Bas, du Portugal et du Royaume-Uni, qui ont descendu les Champs Elysées avec leurs emblèmes. Plusieurs avions et hélicoptères européens ont été intégrés au sein du défilé aérien dans le ciel de Paris.

Le premier tableau du défilé, est consacré à l’innovation de défense, priorité affichée des armées. Robots, drones et exosquelettes utilisés par les militaires seront déployés place de la Concorde, devant la tribune présidentielle, tandis que les nouveautés technologiques dans le spatial, l’aérien, le terrestre, le maritime et le cybernétique ont été présentées sur grand écran.

Les spectateurs ont assisté à une démonstration futuriste de Flyboard Air, une plate-forme volante propulsée par cinq réacteurs à jet d’air, inventée par le champion du monde de jet-ski marseillais Franky Zapata.

L’armée de l’Air a fait défiler pour la première fois son nouvel avion d’entraînement Pilatus PC-21, sur lequel les futurs pilotes de chasse sont désormais formés. Le Transall C160 Gabriel, un avion espion très rarement montré, a fait lui aussi une apparition remarquée dans le ciel parisien.

Le défilé aérien a précédé l’intégrations notamment a un avion de transport A400M allemand et un C130 espagnol. Parmi les hélicoptères qui ont clôturé le défilé sont deux Chinook britanniques.

Le tableau final du défilé est consacré aux blessés des armées, en écho au défilé du 14 juillet 1919, ouvert, 100 ans plus tôt, par les invalides et gueules cassées de la Première guerre mondiale. Trois pensionnaires des Invalides en fauteuil roulant ont défilé aux côtés de trois militaires récemment blessés en opérations, au son de la musique de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Ils ont été rejoints par des sportifs blessés, symboles de la reconstruction.

 

 

Laisser un commentaire

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/a/d/f/impact-european.eu/httpd.www/journal/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252